L’automne à peine posé de-ci de-là,

S’envolent les oies, les outardes.

L’automne de la vie venu à petits pas,

S’étiolent les hommes sans y prendre garde.

                                               Yves Lirette