L’Association québécoise des pharmaciens propriétaires (AQPP) tient à rappeler que le Québec demeure le seul endroit au Canada où les pharmaciens n’ont toujours pas le droit d’administrer des vaccins, et ce, malgré des demandes répétées au fil des années à ce sujet.

Le président de l’AQPP, Jean Thiffault, est inquiet : « Il y a de quoi s’inquiéter, puisque le Québec présente le plus bas taux de vaccination antigrippale au Canada. Dans toutes les autres provinces, où les pharmaciens ont le droit de vacciner des patients contre la grippe, ce taux est nettement plus élevé et demeure en constante augmentation, année après année », nous fait remarquer M. Thiffault.

Actuellement, de nombreux pharmaciens québécois offrent le service de vaccination contre la grippe par le biais d’une infirmière travaillant en pharmacie. Selon des estimations de l’AQPP, formulées à partir de données internes recueillies après la dernière saison de la grippe, un peu plus de 300 000 patients québécois auraient reçu leur vaccin en pharmacie. Au moins deux régions administratives n’ont reçu aucune dose de la santé publique, diminuant ainsi l’accès et l’offre en pharmacie.

Pourtant, la compétence et la sécurité que procure le pharmacien vaccinateur ont été démontrées avec succès depuis plusieurs années, partout en Amérique du Nord, et sont comparables à celles des médecins et des infirmières. Ainsi, l’AQPP réitère sa demande d’accorder aux pharmaciens le droit de vacciner. « Nous demeurons convaincus que l’apport des pharmaciens communautaires permettrait d’améliorer l’accès aux différents vaccins au Québec. Ce faisant, ils contribueraient davantage au maintien en bonne santé des Québécois et à une économie d’argent non négligeable pour le système de santé », a conclu le président de l’AQPP.

Source : Association québécoise des pharmaciens propriétaires