La moitié des familles québécoises ne profitent pas des subventions liées aux REÉÉ (Régimes enregistrés d’épargne-études).  Les deux-tiers des ménages à revenu modeste ignorent qu’avec le Bon d’études canadien, ils peuvent obtenir jusqu’à 2 000$ par enfant en ouvrant un REÉÉ, et ce, sans avoir à y cotiser!  Et presque personne ne sait que toutes ces subventions sont rétroactives.

C’est pour faire connaître ces subventions rétroactives que l’Union des consommateurs, dont est membre l’Association coopérative d’économie familiale (ACEF), mène une campagne d’information et lance un concours.

Des subventions variant entre 30% et 60% bonifient les cotisations des parents, ce qui rend les REÉÉ très avantageux, mais plus de la moitié des familles québécoises n’en profitent pas.  «La bonne nouvelle c’est qu’il n’est pas trop tard pour en profiter, puisque, comme toutes les subventions liées aux REÉÉ, elles sont rétroactives » selon le directeur de l’ACEF.

L’ACEF invite donc les gens à bien s’informer avant d’ouvrir leur REÉÉ.  Il existe plusieurs types de régimes, et un grand nombre d’institutions en offrent.  Certaines imposent des frais d’inscription importants, des cotisations obligatoires et diverses conditions.  L’Union des consommateurs a mis en ligne le site http://reee-info.net.  En plus d’y trouver de l’information neutre et accessible, les familles pourront participer au concours leur donnant la chance de gagner 1 000$ en REÉÉ.

 Source François Décary