Grâce à la contribution d’un généreux donateur, le Centre d’archives de la région de Thetford est fier d’annoncer l’acquisition des artefacts et documents d’archives du soldat Ludger Camiré.

La Croix du souvenir, le médaillon de décès, la médaille de la Victoire et la médaille de guerre britannique, tous identifiés à son nom. De plus, le lot comprend un portrait de Ludger Camiré, son certificat de décès, deux badges et le rapport des circonstances de sa mort.
La Croix du souvenir, le médaillon de décès, la médaille de la Victoire et la médaille de guerre britannique, tous identifiés à son nom. De plus, le lot comprend un portrait de Ludger Camiré, son certificat de décès, deux badges et le rapport des circonstances de sa mort.

Né à Coaticook le 3 mars 1872, Ludger Camiré (684134) demeurait à Disraeli lorsqu’il s’enrôle dans le 171e bataillon, le 9 décembre 1915. De confession catholique, c’est un homme de 5 pieds et 10 pouces, cheveux bruns et yeux bleu-brun, travaillant comme charpentier et journalier. Il embarque le 24 novembre 1916 à Halifax et arrive à Liverpool à bord du SS Mauritania le 30 novembre 1916. Transféré au 150e bataillon le 13 décembre 1916, il reçoit le badge de bonne conduite le 15 janvier 1918, alors qu’il est transféré au 24e bataillon le 27 février 1918.

Marié à Anaïse Beaudoin au moment où il s’enrôle, c’est à elle qu’il lègue l’ensemble de ses biens dans le testament qu’il complète le 13 décembre 1916. Déclaré disparu au combat, ce n’est que le 17 septembre 1918, qu’on officialise sa mort lors du combat du 28 août 1918. Une lettre est envoyée à sa femme pour l’aviser que le soldat Ludger Camiré a été tué par l’explosion d’un obus ennemi près de Chérisy en France. La croix du souvenir, le médaillon et ses médailles sont envoyés à sa femme le 14 janvier 1921.

Le nom de Ludger Camiré est inscrit sur le cénotaphe rendant hommage aux soldats tombés au combat, situé à proximité de l’église Saint-Alphonse à Thetford Mines.

Source : Patrick Houde, Historien-archiviste