« En théorie, nous savons que nos organismes à but non lucratif ne peuvent et ne devraient vivre éternellement. Mais dans la pratique, nous avons tendance à présumer que l’objectif est de maintenir nos organismes en vie et avons l’impression d’avoir échoué lors de leur fermeture. Il est important d’admettre que la dissolution d’une organisation fait partie de son cycle de vie. » Ce paragraphe, tiré du document sur la dissolution d’un organisme, a mis un baume dans le cœur des membres du conseil d’administration du club « Les Fourmis de Disraeli Inc.» qui ont dû prendre une décision déchirante face à son avenir, car ainsi va la vie! Et si on en relatait un peu l’histoire!

L’automne 1979, un club pour regrouper les personnes handicapées de Disraeli et des environs fut mis en place avec la participation d’un groupe de bénévoles afin de leur offrir des activités culturelles et sociales. Ce club, à but non lucratif, trouvait son financement auprès de la population en général. Rappelons-nous les quelques « cyclothons » au début des années 80. Ensuite, ce fut la sollicitation auprès des différents commerces, des professionnels(les), de la ville, de la paroisse, du député et durant les dernières années, les déjeuners des Chevaliers de Colomb. GRAND MERCI à tout ce monde qui a cru en la mission du club et l’a encouragé à poursuivre ses activités pendant ces 34 ans d’existence.

Saviez-vous que l’année 1981 fut l’année internationale des personnes handicapées et que l’Organisation des Nations Unies proclama une décennie des personnes handicapées qui couvrit les années 1983 à 1992 ? Le gouvernement du Québec émit un décret afin de faire respecter les droits et libertés de ces personnes. Des services gouvernementaux furent de plus en plus organisés tels les centres de jour, les classes spéciales, les cours pour adultes, les ateliers de travail, etc. Le transport adapté fut instauré avec la collaboration des villes. Beaucoup d’édifices et d’endroits publics modifièrent leurs stationnements, leurs salles de toilette et autres afin de leur offrir une meilleure accessibilité et faciliter leur intégration sociale. Avec tous ces efforts fournis, les personnes à mobilité réduite ou avec des déficiences intellectuelles s’intégrèrent plus facilement et on s’est habitué à les côtoyer et à les voir prendre leur place dans notre monde. Reste à chacun de nous de continuer à les encourager, à les respecter et respecter leurs droits et libertés.

Alors, pour ce qui est de notre organisme local, étant donné toutes les activités offertes maintenant dans la région, étant donné une diminution importante du nombre de ses membres due à plusieurs décès et plusieurs départs hors de la ville, étant donné aussi le manque de relève pour renouveler le conseil d’administration, le club a tenu une assemblée générale extraordinaire le 17 novembre dans le cadre de sa fête de Noël et, à l’unanimité, les membres ont accepté de présenter une demande de dissolution auprès du registraire des entreprises.

C’est avec beaucoup d’émotion que je dis, au nom de chacune de ces personnes, un grand merci à tous ceux et celles qui se sont impliqués dans ce projet depuis son existence apportant bonheur, joie et amour à ces personnes. Je dis également un grand merci à chacune de ces personnes handicapées que nous avons eu le bonheur de côtoyer car elles-mêmes ont contribué à notre propre bonheur.

Confiant certains objets à la société historique afin que cet épisode ne passe trop vite dans l’oubli, je redis une dernière fois : « MERCI à tous et ainsi va la vie! »

Source: Carmelle Bélanger