Photo par Jacques Rancourt

Je démonte la murale pour la conserver et peut-être l’installer ailleurs, on verra, (intitulée « Forêt », et à rafraîchir) que j’avais créée pour masquer la vitrine d’un ancien IGA qui sera démoli. Disraeli a 151 ans et dans mon enfance c’était un magnifique village doté d’un mini centre-ville très commercial avec boulangerie, barbier, ferronnerie, un 5-10-15, une crèmerie, deux hôtels très typiques de l’époque, l’ensemble bien fréquenté et piétonnier. Maintenant, l’administration municipale, d’année en année, a décidé de raser et de faire un tout-à-l’auto en l’asphaltant. Désolant pour un village qui avait tout pour plaire, mais qui a perdu son âme en laissant détruire plusieurs constructions centenaires et certains beaux édifices. Récemment ils ont construit une grosse marina très design « de catalogue » et très cher, mais puante d’essence et d’huile, l’ensemble sur fond sonore de gros moteurs de bateaux faits pour la mer et polluants au max, en plus de remuer le fond du lac de façon drastique. Et de surplus, tout près, on a détruit le terrain de tennis du quartier très fréquenté par des jeunes et adjacent au cimetière, en le transformant en stationnement municipal pour la marina. Pour un village qui aurait pu être tout indiqué pour faire de la promotion écologiste avec sa magnifique rivière et son lac. Mais bon, comme on dit, le mal est fait !

Jacques Rancourt