La Conférence régionale des élus de la Chaudière-Appalaches (CRÉ) mettra fin à ses opérations au cours du printemps 2015 en conséquence des compressions budgétaires annoncées par le gouvernement lesquelles éliminent ce palier de concertation et d’action régionales.

Lors de la dernière séance du conseil d’administration tenue en décembre, les membres se sont donc résignés à adopter un plan de fermeture ainsi qu’à donner aux douze employés de la CRÉ leur préavis de licenciement collectif pour le 13 février 2015.« C’est très regrettable, car tantôt il nous faudra tout reconstruire. La région perd à la fois des emplois, de l’expertise,des leviers socioéconomiques et des outils de concertation. Actuellement, faute de moyens, les MRC n’ont pas l’expertise et le personnel pour assurer les nouvelles responsabilités qui leur incombent; ces responsabilités sont loin d’être des cadeaux », affirme le président de l’organisme et préfet de la MRC de Lotbinière, M. Maurice Sénécal.

La CRÉ constituait l’un des rares espaces où une diversité d’acteurs pouvait se coordonner et faciliter la convergence d’actions pour répondre aux priorités stratégiques de la région », de rappeler le représentant socioéconomique à la CRÉ, M. Raymond Cimon. «Dans leur travail quotidien, les employés de la CRÉ ont contribué par l’expression d’idées nouvelles et le recours à des solutions novatrices à relever des défis liés au développement économique, social et environnemental de la région. Aujourd’hui, bien malgré nous, nous sommes en deuil de la concertation régionale.»

Pour sa part, le maire de Montmagny M. Jean-Guy Desrosiers ressent chez tous les intervenants une grande inquiétude quant à«tous ces dossiers de concertation en provenance du milieu qui ont un effet structurant sur l’ensemble de la région et qui devront être mis sur la glace au cours de la prochaine année».

La CRÉ tient enfin à rassurer les partenaires locaux et régionaux qu’elle honorera ses engagements jusqu’au 31 mars 2016.