Éditoriaux

Poésie… Épitaphe à mon père

Tu crois que tu es parti. Moi, j’en doute. Sur cette pierre c’est écrit Mais j’en doute. Dans les dires de notre mère, On peut chaque jour revivre, Tes joies et misères Comme dans un grand livre. Dans les yeux de tes enfants, Brillent ces larmes refoulées Qui, à chaque Nouvel An Rappellent ta sensibilité. Dans le rire de tes enfants On croit t’entendre, te voir. Dans leur impatience, on…
Lire la suite...
Éditoriaux

Poésie… L’automne est en liesse !

Septembre, fossoyeur de l’été. À regret, les vacanciers l’enterrent. La nature elle, au summum de sa vitalité Accueille avec éclat, l’automne son frère. Les arbres, fous comme des gamins, S’habillent de toutes couleurs. Ils exposent le long des chemins, Leurs parapluies féeriques, multicolores. Fouillant son imagination, l’homme s’évertue À produire chaque saison, de nouvelles modes. La nature elle, fébrilement, se mue. Dans sa renaissance, jamais ne se démode. Quelle leçon…
Lire la suite...
Éditoriaux

Poésie… Tic tac, tic tac…

À l’aube de nos jours Niché en la chaleur d’un sein maternel, Déjà en possession du billet pour un aller simple De ce train identifié, le temps. Ses premiers élans nous amusent. Puis insouciants, nous indiffèrent. Bien vite on s’en lasse. On a autre chose à faire… Qu’à essayer de tuer le temps. Qui de plus en plus vite, nous distance. On le perd de vue, le temps. Il se…
Lire la suite...
Éditoriaux

Poésie… Mes témoins

Toujours là ; incrustées dans ma peau. Infatigables ; cicatrisant mon visage. Sans égard à mon ego. Costumières de mon voyage. Sur l’océan de mes aventures Elles en creusent les flots sur mon front, Sans hâte et d’une main sûre. Froidement, au fil de mes émotions. Aucun reproche sur mon vécu… Comme un ami, une maîtresse. Pour elles, rien ne passe inaperçu. Filtrant mes bonheurs comme mes tristesses. Sur le parchemin de…
Lire la suite...
Éditoriaux

Poésie… Alerte PRINTAMBER

Une longue file réjouie l’attendait au terminus. Le printemps ne s’est jamais pointé. Comme un Noël on l’espérait tous. Un murmure inquiet s’élève… a-t-il été enlevé ? L’a-t-on orienté au mauvais endroit ? Quel hiver jaloux, vêtu d’un vent froid Le retient gelé sous sa cape, pourquoi ? Cette saison nous revient de droit. Séquestré et offert en cadeau À un vent ricanant de notre malheur Un rideau de nuages tristes et pleureurs…
Lire la suite...
Éditoriaux

Poésie… Printemps « Dou l’eau reux »

Longtemps avant l’homme, L’eau glissait tranquille sur le sol ; sereine. Une terre nourricière la buvait et fécondait L’environnement. Puis son prédateur l’homme ; la courtisa. Des siècles durant, il s’en fit une amie. Puis, en conquérant, réalisa où était son profit. Il la détourna, l’endigua, l’asservit. Les rivières prisonnières, se gonflèrent. Soudain ; elles perdirent leurs eaux. Inondèrent leurs territoires violés. Les hommes face à la rébellion des eaux, Comprirent trop tard ;…
Lire la suite...
Éditoriaux

Poésie… Ma fille

D’abord de brume vêtue, Tout au fond d’un rêve. Comme un fantasme, une berlue. Un soupir qui s’élève. Puis de ton berceau, Telle une princesse De son château, Ton charme fait liesse. Tes cris, font musique. Tes premiers pas, spectacles. Comme une séquence magique ; Tes premiers mots é Ton enfance, source intarissable d’amour, Ton adolescence, passage d’insouciance, Ont meublé pour toujours Mes demains de souvenances. Bientôt, ton cœur et tes…
Lire la suite...
Éditoriaux

Poésie… La renaissance

Le bouleau engourdi s’extirpe de l’hiver. Secoue ses bras et se libère de ses fers ; blancs. Reposé par l’endormissement imposé d’hier… Heureux de sentir à nouveau le vent. Une sève de jouvence le revigore comme la pluie. Le soleil, qui le retrouve, s’accroche à lui. Les oiseaux, dans ses bras, refont leurs nids. Tout, autour, a un goût de vie. L’érable, le chêne, le sapin, le pin, le tremble, Toute…
Lire la suite...
Éditoriaux

Poésie… Saint-Valentin

La mer échappe ses marées gonflées d’amour. Elles déferlent, caressant la blondeur du sable. Les vagues chuchotent doucement : aime… aime… aime… Les amants désabusés recommencent à y croire. Comme si le soleil refusait de se coucher Le ciel de cette nuit est rose… Des promesses endormies s’éveillent. Des yeux et des mains se parlent à nouveau. Le cœur manque de place… il tambourine… Quand les flots s’enfuiront vers le large…
Lire la suite...
Éditoriaux

Poésie… Mes quatre saisons

Ça y est, c’est l’hiver. Mes cheveux sont blancs. Pourtant, ce matin encore, Ce n’était que le printemps. Qu’ai-je donc fait d’hier, Où jeune, je courais insolent ? Pourquoi mon père, ma mère, Ne pas m’avoir protégé du temps ? De là-haut ne pouvez rien dire. Ne le prenez pas comme un reproche, Moi-même me suis privé de vos rires, N’étant pas de vous assez proche. Ce soir, entouré de mes enfants,…
Lire la suite...
Éditoriaux

Poésie… Noël blanc

En cette période de réjouissances, Dame nature revêt son manteau blanc. Poliment, fais la révérence Face à ce grand événement. Dans les maisons, partout on sent la fébrilité. Les tourtières et le ragoût rivalisent de magie À remplir l’espace de leurs odeurs épicées. Sous le sapin, des lutins mijotent des folies. Dehors, la neige enguirlande les toitures. Un bonhomme de neige joue du violon. Des enfants n’en peuvent plus de…
Lire la suite...
Éditoriaux

Poésie… Maître Corbeau

Hier encore, du ciel, maître corbeau À cheval sur le vent, trônait comme un roi. À l’affût d’un vermisseau, D’une potentielle proie. Son vol est celui du conquérant. Qui de sa large cape d’ébène, Sur son territoire, menaçant Tout aspirant qui s’amène. Puis le destin, sournois. D’un claquement de doigts, Le jeta à bas de sa monture. Quêtant soudain sa nourriture, Une aile amochée, claudiquant, Pourchassé, terrifié et fuyard. Ses…
Lire la suite...
12