Éditoriaux

Poésie : La rivière…

La rivière s’éveille, Une longue chevelure blanche Chatouille son dos, S’enroule autour de ses hanches. Un soleil vaniteux S’admire dans ses remous. Un pissenlit, sort sa tête, curieux, Et en avale un bon coup. Face à ce ravissement printanier, Les crapauds coassent A capella, l’œil rond. Tant bien que mal,…
Lire la suite...
Éditoriaux

Poésie : Eux…

Qui sont ces hères Drapés de misères, Qui, d’une main douteuse Nous tendent un gobelet À la résonance creuse ? Peut-être un cousin, Une sœur, un frère ? Perdu, oublié de nous, loin. La rue est leur famille. Aucun numéro de porte. Leurs cœurs et leurs membres Affichent les mêmes cicatrices. Engelures,…
Lire la suite...
Éditoriaux

Poésie… L’automne est en liesse !

Septembre, fossoyeur de l’été. À regret, les vacanciers l’enterrent. La nature elle, au summum de sa vitalité Accueille avec éclat, l’automne son frère. Les arbres, fous comme des gamins, S’habillent de toutes couleurs. Ils exposent le long des chemins, Leurs parapluies féeriques, multicolores. Fouillant son imagination, l’homme s’évertue À produire…
Lire la suite...
Éditoriaux

Poésie… Mes témoins

Toujours là ; incrustées dans ma peau. Infatigables ; cicatrisant mon visage. Sans égard à mon ego. Costumières de mon voyage. Sur l’océan de mes aventures Elles en creusent les flots sur mon front, Sans hâte et d’une main sûre. Froidement, au fil de mes émotions. Aucun reproche sur mon vécu… Comme…
Lire la suite...
Éditoriaux

Poésie… Alerte PRINTAMBER

Une longue file réjouie l’attendait au terminus. Le printemps ne s’est jamais pointé. Comme un Noël on l’espérait tous. Un murmure inquiet s’élève… a-t-il été enlevé ? L’a-t-on orienté au mauvais endroit ? Quel hiver jaloux, vêtu d’un vent froid Le retient gelé sous sa cape, pourquoi ? Cette saison nous revient de…
Lire la suite...
Éditoriaux

Poésie… Printemps « Dou l’eau reux »

Longtemps avant l’homme, L’eau glissait tranquille sur le sol ; sereine. Une terre nourricière la buvait et fécondait L’environnement. Puis son prédateur l’homme ; la courtisa. Des siècles durant, il s’en fit une amie. Puis, en conquérant, réalisa où était son profit. Il la détourna, l’endigua, l’asservit. Les rivières prisonnières, se gonflèrent.…
Lire la suite...
Éditoriaux

Poésie… Ma fille

D’abord de brume vêtue, Tout au fond d’un rêve. Comme un fantasme, une berlue. Un soupir qui s’élève. Puis de ton berceau, Telle une princesse De son château, Ton charme fait liesse. Tes cris, font musique. Tes premiers pas, spectacles. Comme une séquence magique ; Tes premiers mots é Ton enfance,…
Lire la suite...
Éditoriaux

Poésie… La renaissance

Le bouleau engourdi s’extirpe de l’hiver. Secoue ses bras et se libère de ses fers ; blancs. Reposé par l’endormissement imposé d’hier… Heureux de sentir à nouveau le vent. Une sève de jouvence le revigore comme la pluie. Le soleil, qui le retrouve, s’accroche à lui. Les oiseaux, dans ses bras,…
Lire la suite...
Éditoriaux

Poésie… Saint-Valentin

La mer échappe ses marées gonflées d’amour. Elles déferlent, caressant la blondeur du sable. Les vagues chuchotent doucement : aime… aime… aime… Les amants désabusés recommencent à y croire. Comme si le soleil refusait de se coucher Le ciel de cette nuit est rose… Des promesses endormies s’éveillent. Des yeux et…
Lire la suite...