Actualités

La solidarité au temps du coronavirus

Par Jacques Beaudet et Yves Lirette La COVID-19, qui n’était qu’une vague menace lointaine en janvier, se répand comme une traînée de poudre, comme d’ailleurs les mesures pour en contrer la propagation : mesures sanitaires d’urgence, quarantaine, confinement, réserves, etc. Jusqu’où la pandémie nous conduira-t-elle ? Devant l’inconnu, bien peu de certitudes.…
Lire la suite...
Éditoriaux

À bien y penser

Sur les réseaux sociaux, il n’y a pas que des fake news, il y a aussi des fake people. Ces gens qui présentent Toujours uniquement le meilleur Une vie d’exploits et de bonheur Comme si c’était ça, leur vie Comme si c’était ça, la vie Y a-t-il vraiment lieu d’envier…
Lire la suite...
Éditoriaux

À bien y penser

Il vaut mieux croire que c’est possible Et que ça puisse ainsi être possible Que de croire que c’est impossible Et que ça soit assurément impossible Alors il importe de croire en ses rêves Et il importe de croire en la jeunesse La jeunesse et les rêves se conjuguent au…
Lire la suite...
Actualités

Plan de lutte contre l’intimidation : Ça rappe à Sainte-Luce !

Dans le cadre du plan de lutte contre l’intimidation, les élèves de 6e année de l’école Sainte-Luce à Disraeli agissent comme « médiateurs » lors des récréations. Afin de renforcer la démarche et de soutenir l’intérêt des élèves, M. Carl Champagne, éducateur spécialisé, leur a proposé cette année d’écrire une chanson (style rap) à propos…
Lire la suite...
Actualités

Nouveau programme théâtre : Toute une famille éducative !

Le 25 septembre dernier, le directeur de la Polyvalente de Disraeli, monsieur Jonathan Brochu, a dévoilé l’arrivée d’un nouveau programme pour l’automne 2020 : une concentration « théâtre ». Voilà un complément fort approprié aux services éducatifs déjà offerts par l’école aux élèves de la région. En effet, la Polyvalente de Disraeli offre déjà les concentrations…
Lire la suite...

Le Québec : Une histoire de survie linguistique (suite)

Au tournant du XXe siècle, le Canada français est morcelé en entités provinciales. On passe alors progressivement du nom de « Canadiens français » à ceux de Québécois, d’Acadiens, de Franco-Ontariens, de Franco-Manitobains… À cette époque, le Manitoba élimine les écoles franco-catholiques (1890) et le gouvernement de Toronto interdit l’enseignement du français,…
Lire la suite...