Capacités affaiblies
Le 22 février vers 23 h 45, un homme de 44 ans de Disraeli a été intercepté sur l’avenue Jacques-Cartier à Disraeli. Après avoir constaté que le conducteur avait les capacités affaiblies par l’alcool, les policiers ont procédé à son arrestation. Il a échoué l’éthylomètre (alcootest) avec des résultats supérieurs à la limite permise. Son permis de conduire a été suspendu pour une période de 90 jours et son véhicule a été remisé. L’homme a été remis en liberté par citation à comparaître.

Enquête
Un homme de 37 ans a été arrêté à la suite de l’utilisation de faux documents (fausses prescriptions) ; il se présentait dans diverses pharmacies avec une prescription provenant de cliniques et tentait de se procurer des médicaments. L’enquête tend à démontrer qu’il aurait visité près d’une dizaine de pharmacies dans les régions de Saint-Georges, Sainte-Justine, Sainte-Marie-de-Beauce, Saint-Étienne-de-Lauzon, Thetford Mines et Sherbrooke. Il a été libéré et reviendra à la cour pour comparaître à une date ultérieure.

Police de proximité
Le 22 février, le responsable de poste de la MRC des Appalaches, le sergent Alain Cyr, a participé à une simulation du déploiement des mesures d’urgence de la Municipalité de Sainte-Praxède. Cette dernière et l’ensemble des municipalités de la MRC sont à revoir et à simuler les mesures d’urgence de leur municipalité, et ce, afin d’être prêts en cas de besoin (tempête, inondation, désastre naturel, etc.).

De gauche à droite : M. Steven Laprise avec le parrain de sa municipalité, l’agent Jacky Charpentier

Le mardi 25 février dernier, le maire de la Municipalité de St-Jacques-le-Majeur-de-Wolfestown, M. Steven Laprise, a patrouillé avec le parrain de sa municipalité, l’agent Jacky Charpentier, dans le cadre du programme Journée de l’élu municipal. M. Laprise a pu se familiariser avec le service policier de sa MRC, la MRC des Appalaches, et discuter du travail de policier avec ce dernier. « C’est positif et constructif, ça permet une bonne collaboration entre l’élu et les forces de l’ordre », a mentionné M. Laprise sur les raisons d’être du programme.