Le port du masque pendant de longues heures peut-il provoquer des infections pulmonaires ? C’est à cette question que s’est intéressé le chroniqueur scientifique du journal Le Soleil, Jean-François Cliche.

Pour répondre à la question, il s’est adressé au microbiologiste Jean Barbeau, spécialiste du contrôle des infections à la Faculté de médecine dentaire de l’Université de Montréal. Si vraiment le fait de porter un masque de manière fréquente et prolongée pouvait avoir cet effet, on devrait l’observer facilement chez le personnel des cliniques dentaires, qui travaille masqué à longueur de semaine.

 « En fait, honnêtement, je ne vois tout simplement pas comment ça pourrait arriver, à part à des gens complètement négligents qui laisseraient traîner leur masque n’importe où et ne le laveraient jamais », dit le microbiologiste. M. Barbeau ajoute : « Je suis les résultats de recherche là-dessus depuis 25 ans et c’est très clair : les équipes dentaires ne sont pas plus à risque de développer des infections respiratoires que le reste de la population. […] Tous les masques, qu’ils soient en tissu ou qu’ils soient des masques de procédure ou des N95, doivent être bien portés. Si un masque reste humide (quel qu’en soit le type) pendant de longues heures ou même quelques jours, des moisissures peuvent s’installer exceptionnellement. Les masques doivent donc être bien entretenus par un lavage et un séchage adéquats. »

Alors non, porter le masque pendant longtemps n’accroît pas le risque d’infections pulmonaires, à moins de négligence.