Plusieurs citoyens de la région ont sans doute observé la présence d’une équipe de travail s’affairant à retirer les rails ainsi que les dormants dans une section de la voie ferrée désuète jadis opérée par le Québec Central. Ce fait en surprend sans doute plusieurs, particulièrement ceux et celles qui en rêvent depuis que la viabilité de la relance du train, assurée à grands frais par les autorités au tournant du siècle dernier, leur semblait vraiment compromise et fragile. On rêvait de convertir ce corridor en une piste à vocation touristique.

Eh bien, il semble que le fruit soit mûr pour réaliser ce scénario d’une piste cyclable sécuritaire pouvant se rendre à Sherbrooke, à la condition que les corporations municipales concernées le veuillent. Il faut savoir que la division ferroviaire du ministère des Transports (MTQ), maintenant propriétaire de la ligne et de ses emprises, permet aux municipalités dont le territoire est traversé par l’emprise d’en devenir locataire pour une période de 60 ans et de procéder à la conversion du segment qui les concerne si tel est leur désir. Pour ce faire, il faut que la municipalité en fasse la demande.

Des « dormants » frappés d’un long sommeil… Photo par Yves Lirette

À Disraeli, puisque sa demande auprès du Ministère a été favorablement accueillie, la Ville de Disraeli procède déjà à la transformation du corridor long de 2,3 km sur son territoire. Ce sont ces travaux qui ont été observés, lesquels sont exécutés par une firme d’Arthabaska à la suite d’un appel d’offres auquel 4 entreprises avaient manifesté leur intérêt.

Le maire de la Ville de Disraeli est manifestement convaincu de l’apport récréotouristique d’une telle infrastructure dans la grande région offrant des panoramas saisissants. D’ailleurs, le maire Jacques Lessard a participé à une rencontre de concertation avec les intervenants du Haut-Saint-François déjà en travail sur ce dossier. Voilà une nouvelle voie d’entrée et de passage dans la région.

C’est à suivre !