Dans la liste des familles qui ont marqué les 150 ans de Disraeli, il convient de citer celle d’Alfred Grégoire qui fut présente chez nous dès les débuts des années 1880 et qui  a joué un rôle important sur le plan économique et politique.

Famille d’Alfred Grégoire et d’Ophélia Martineau

L’ancêtre, Alfred Grégoire, est né le 19 février 1858 à Laurierville. Il est le fils de Paul-Polycarpe Grégoire et de Marie Bergeron. Le 23 octobre 1882, Alfred épouse en 1ères noces à Coaticook, Georgiana Frappier. Le couple s’installe à Disraeli et, à son arrivée, monsieur Grégoire exercera le métier de charron. Vers 1890, il ouvre, sur le chemin Lambton (rue Champoux), un magasin général spécialisé en marchandises sèches (ferronnerie). Ce commerce va permettre aux familles nouvellement installées dans la région de se procurer les articles de premières nécessités en grande demande dans les municipalités naissantes. Sept enfants naîtront de ce premier mariage : Anna, Ernest (1), Eugène, Pomméla, Exilia, Arthur (2) et Noëlla (3). Sa conjointe Georgianna Frappier meurt en 1893. Trois ans plus tard, il épouse en seconde noce, à Princeville, Ophilia Martineau. De ce deuxième mariage naîtront également  sept enfants : Maximilienne (4), Imelda, Antoinette, Charles, Wilfrid, Alexandra et Paul-Alfred.  M. Grégoire va occuper le poste de maire de Disraeli de 1904 à 1906 en remplacement du Dr Elphège Chicoine. Il meurt à Disraeli, le 20 novembre 1931. Son épouse Ophilia l’avait précédé en 1920.

Magasin d’Alfred Grégoire

C’est le plus jeune de ses fils, Paul-Alfred (P.A.) qui prendra la succession de son père à la tête de la ferronnerie. Celui-ci épouse, en 1932, Georgette Gagné, fille de Jos. Hormidas Gagné et de Clarina Deshaies. Ils auront 4 enfants : Jean-Jacques, Lionel, Céline et Francine. La prospérité économique qui suit la 2e guerre mondiale va donner un nouvel élan à la ferronnerie. Monsieur P.A. Grégoire meurt en 1954, laissant le magasin à ses deux fils : Jean-Jacques et Lionel. Ces derniers vont moderniser le commerce et lui donner une nouvelle expansion en le faisant entrer dans le groupe RO-NA. Le 18 décembre 1987, la ferronnerie est vendue aux entreprises Distal qui deviendra le supermarché Bruno-Gagnon, sous la bannière IGA. Depuis quelques années, la bâtisse est devenue vacante à la suite de la construction de la nouvelle épicerie, sur la route 112, à la sortie de Disraeli.

Quincaillerie RO-NA Grégoire.

 

Références

(1) Ernest Grégoire fut, entre autre, maire de Québec de 1934 à 1938, député provincial du comté de Montmagny en 1935 et 1936. Il fut créé Chevalier de la Légion d’honneur par le gouvernement français en 1934 et Commandeur de l’ordre de l’Empire britannique en 1935 pour son implication dans les fêtes entourant le 400e anniversaire de l’arrivée de Jacques Cartier en terre gaspésienne. Il est le père de Gilles Grégoire, député de Frontenac de 1976 à 1985.

(2) Arthur Grégoire a tenu, pendant quelques années, un commerce au coin des rues Laurier et St-François, actuellement la propriété de M. André Gosselin.

(3) Noëlla Grégoire, religieuse chez les sœurs des SS.NN. de Jésus et Marie.

(4) Maximilienne Grégoire va épouser, à Disraeli, en 1922, Lionel Bienvenu, fils de Charles Bienvenu, propriétaire de la Disraeli Box Cie. Lionel fut président de la Cie forestière Howard-Bienvenu. Leur fils Paul sera secrétaire et premier actionnaire majoritaire de la même compagnie. Il possède actuellement la plus importante collection de voitures hippomobiles en Amérique du Nord. Quelques-unes de ses voitures de collection sont aujourd’hui exposées au Musée de la Civilisation de Québec.