Chronique historique DisraeliAujourd’hui, peu de gens savent que cette année, à partir du 19 février, la société chrétienne à laquelle nous appartenons est entrée dans une période de privation et de jeûne appelée Carême. Dans le calendrier chrétien, la fête du Mardi-gras (18 février, cette année) était le point de départ de cette période de 40 jours d’abstinence se terminant par la fête de Pâques. L’origine de ce temps de privations remonte à l’époque du Moyen-Âge et avait pour but premier d’obliger les populations paysannes à limiter leur alimentation durant la saison morte afin de conserver suffisamment de nourriture pour attendre l’arrivée du printemps et le réveil de la nature. Au milieu de ce temps de carême, on prenait une journée de réjouissance et un arrêt des sacrifices appelé la mi-carême. La tradition voulait que lors de cette fête, les personnes qui s’étaient déguisées au Mardi-gras, dévoilaient au grand public leur vraie identité.

Mi_careme_Disraeli
Extrait du Journal La Tribune, mars 1954: La fête annuelle de la mi-carême, organisée par le Club de Ski de Disraeli a eu lieu ces jours derniers sous la forme de soirée « bon vieux temps ». On remarque ici, dans le groupe : Mlles Liliane Lavertu, Liliane Bergeron, Georgette Anto, Pauline Beaudoin, M. Roger Lehoux, M. et Mme Aimé Lavertu, Mlles Monique Labrecque, Alice Plante, MM. Léonide Matteau, Paul-Guy Girard, Mme Madeleine Jolicoeur, M. Denis Jolicoeur, M. Bertrand Audet, Mlle Lucette Isabel, Mlles Irène Vallée, Dolorès Daigle, M. et Mme Toussaint Bureau, M. et Mme Paul-Émile Gagnon, M. et Mme Roland Poirier, Mlle Gemma Rodrigue, Mlle Colette Goudeau, M. Jean-Jacques Grégoire, M. Jean-Claude Giguère, M. et Mme Mauril Couture .

Il y a une soixantaine d’années, les gens de chez-nous avaient encore conservé ces traditions héritées de leurs ancêtres. Ainsi, au cours de l’hiver 1954, un groupe de jeunes gens de Disraeli célébraient, avec allégresse, cet intermède du carême au club sportif (Club de Ski de Disraeli) situé à la sortie du village, sur le chemin allant vers St-Jacques-le-Majeur. A l’époque, les amateurs de ski pouvaient pratiquer leur sport en dévalant la pente qui partait de la croix lumineuse (érigée en 1950) et se rendait sur le lac. Le club sportif, construit à proximité de la route et de la piste de ski était un endroit très fréquenté par la jeunesse locale. C’était le rendez-vous des sportifs et des jeunes qui voulaient se distraire. Au début des années 60, la descente de ski fut abandonnée et le local qui abritait le club sportif défait. Il ne reste plus, chez les plus âgés, que le souvenir de cet endroit où ils ont su déjouer les rigueurs et la monotonie de nos longs hivers.

NB. : La Société historique de Disraeli est à la recherche de photos du Club sportif vu de l’extérieur. Si vous avez des photos de cette bâtisse, nous aimerions les reproduire. Elles vous seront remises après les avoir photocopiées. Pour rejoindre la S.H.D., communiquer avec Jean-Claude Fortier au 418 449-2688 ou 449-5155 en avant-midi.