Chronique Stratford

À l’arrivée des premiers colons à Stratford vers 1860, le lin était brayé (broyé), cardé, filé et tissé pour faire une toile; la laine des moutons était tondue, cardée, teinte et traitée, puis transformée en étoffe du pays. Tous les vêtements étaient cousus à la main.

machineacoudre
Machine à coudre de tante Éveline, aujourd’hui propriété de Denyse Gauthier. Il n’y a pas de marque sur cet appareil. Les recherches auprès de la compagnie Singer ont révélé que le numéro de cet appareil ne figure pas dans leur registre, il pourrait s’agir d’une autre marque.

Inventées au 19ème siècle, les premières machines à coudre à usage domestique fonctionnaient avec une manivelle. Isaac Singer a perfectionné ces machines et déposé un brevet en 1851. Ce n’est qu’en 1868 que la machine à coudre à navette fonctionnant avec une pédale fut brevetée par Pierre Cobet. Brevet et nom furent ensuite vendus à la famille Peugeot.

Née en 1909, Éveline Gauthier a raconté que vers l’âge de 12 ans, elle a reçu, en cadeau, sa première machine à coudre. L’histoire ne dit pas si la machine était neuve. C’était un appareil à manivelle pour actionner le mécanisme à navette. On peut imaginer le prodige d’habileté pour, d’une main, tourner la manivelle pour activer la machine et, de l’autre main, diriger le tissu à coudre.

Bien sûr, une machine à pédales, et plus tard électrique ont remplacé la première machine à coudre. Mais la vieille machine à coudre existe encore, voir la photo. Toute sa vie, Éveline a cousu des vêtements pour la famille et les amis.