Pour terminer la série d’articles sur l’histoire de la paroisse Saint-Olivier de Garthby, devenue Saint-Charles-Borromée puis Saint-André-Bessette, je m’attarderai sur les réalisations des prêtres curés de 1937 à nos jours.

Débutons par l’abbé Edgar Parent (1937-1947). Il est le témoin de la construction de la première salle paroissiale, des rénovations à l’église, de la fixation en 1943 des tarifs pour les mariages dans tout le diocèse (1re classe 40 $, 2e classe 25 $, 3e classe 15 $, 4e classe 10 $, 5e classe 5 $ et 6e classe 2 $) et cette même année de la tenue d’un Tridium (célébration de la Passion, de la Mort et de la Résurrection, qui s’étend de la messe vespérale — office du soir — du jeudi saint aux vêpres du dimanche de Pâques) pour encourager la ligue du Sacré-Cœur.

Lui succède l’abbé Zotique Gervais (1947-1969), responsable de la plantation des pins au cimetière (6 mai 1949), de l’érection de la Croix lumineuse (1950), de la vente de la salle paroissiale (1962) et de la construction du solarium du presbytère.

Monsieur le curé Charles-Marie Brassard

Son remplaçant, le curé Lucien Parent (1969-1970), est suivi en 1970-1974 du curé Charles-Marie Brassard. C’est ce dernier qui engage, le 21 mai 1972, Elzéar Laflamme à titre de sacristain et qui contribue à la création de la Garde paroissiale.

Arrive le curé Jean-Marc Pinard (1974-1981) qui jouera un rôle important lors de la constitution du club de l’Âge d’or et de l’A.F.É.A.S. et qui célèbre, le 20 avril 1977, le 125e anniversaire du premier prêtre résident.

Paul Pelletier, prêtre curé (1981-1990), voit arriver les premiers changements dans l’administration de la paroisse : la contribution volontaire annuelle remplace la dîme, et la fusion de la paroisse de Saints-Martyrs-Canadiens à celle de Beaulac alourdit sa tâche. C’est également lui et le conseil de la fabrique qui autorisent la construction d’un local pour l’Âge d’or et pour l’A.F.É.A.S. au sous-sol de l’église et c’est lui qui officie lors du 100e anniversaire de la paroisse.

La vente du presbytère et d’une partie du terrain de la fabrique pour la construction d’une habitation à loyer modique pour les personnes âgées (La Grande Maison) du village est orchestrée par le curé Pierre Marcoux (1990-1995), de même que, le 1er août 1995, le regroupement des paroisses des Saints-Martyrs-Canadiens, de Beaulac et de Sainte-Luce de Disraeli. Puis, en 1995, par souci d’économie, et ce, pour la période hivernale, il est entendu que les messes se tiendront au sous-sol de l’église.

Gilles Noël (1995-1999) voit poindre les changements dans la transmission de la pastorale avec l’arrivée des Comités de pastorale paroissiale. En 1996, il célèbre le centenaire du village de Beaulac.

Monsieur le curé Bernard Rouleau

Le 30 mai 1999 arrive le curé Bernard Rouleau (toujours en poste). De nombreuses tâches l’attendent, tels les réunions de pastorale de zone, les comités de pastorale paroissiale, la préparation du Jubilé 2000 (Année sainte), l’ouverture en 2003 de la chapelle de prières à Disraeli, la célébration du 125e anniversaire de la paroisse Saint-Charles-Borromée de Beaulac-Garthby en 2004, la bénédiction du Sentier des origines du parc Bellerive, celle en 2012 de la Croix lumineuse rénovée, et la préparation de la formation de la nouvelle paroisse Saint-André-Bessette qui réunit les paroisses Sainte-Luce de Disraeli, Saint-Gabriel de Stratford, Notre-Dame-de-Lourdes de Notre-Dame-de-Ham, Saint-Julien, Saint-Fortunat, Saint-Charles-Borromée de Beaulac-Garthby et Saints-Anges de Ham-Nord. Le 11 juin 2017, Bernard Rouleau célèbre avec ses paroissiens son 50e anniversaire de sacerdoce. Le 7 novembre 2018, il se voit dans l’obligation de mettre en vente (comme bien d’autres paroisses) l’église Saint-Charles-Borromée.

L’église de la paroisse Saint-Olivier, devenue Saint-Charles-Borromée puis Saint-André-Bessette, aura-t-elle une deuxième vie et, si oui, laquelle ? À suivre…