En 1868, la mission fut confiée au curé d’Ham-Nord. Le 18 septembre 1868 arrive un 7e missionnaire à la mission, l’abbé Georges-Adolphe Barolet. Cependant, dès le 21 novembre, il sera remplacé par l’abbé Charles-Édouard Lemire (1868-1880). C’est à cette période qu’une requête est envoyée à Mgr Cook (1er évêque de Trois-Rivières) pour déménager la chapelle afin de poursuivre le mouvement d’expansion du village.

C’est le 2e évêque de Trois-Rivières, Mgr Louis-François Laflèche, qui, lors de sa visite, incite les paroissiens à accepter le projet.

Après étude, le 28 janvier 1869, l’abbé P.  H. Suzor recommande, à son tour, de déménager le lieu de culte dans un endroit plus central, soit dans le secteur du lac Coulombe, appelé le «P’tit Québec», sur la terre de Théophile Hébert, lot 33, rang 1 Nord, et ce, malgré le mécontentement de plusieurs paroissiens. C’est également ce dernier qui, le 5 février 1871, érige le premier chemin de croix et qui bénit, le 14 juillet 1871, le nouveau cimetière.

Dessin du presbytère St-Olivier-de-Garthby.

Les 27-28 juin 1876 et 10-11 juillet 1879, l’Évêque de Sherbrooke Mgr Antoine Racine (1er évêque du diocèse de Sherbrooke créé le 28 août 1874) est en visite dans la communauté.

Le 13 octobre 1880, l’abbé Lemire reçoit l’ordre de quitter sa paroisse. C’est l’abbé Georges-Édouard Barolet qui revient à la mission pour une 2e fois comme 9e missionnaire (1880-1882). Affaibli par la maladie, il sera secondé dans ses tâches par les abbés Charles-Édouard Milette (1880-1881) et Louis-Édouard Gendron (1882). C’est l’abbé Milette qui érigera le chemin de croix dans la nouvelle église revenue sur le bord du lac Aylmer en 1880 et qui procédera à l’ouverture d’un cimetière.

En 1881-1882, le 10e et dernier missionnaire fut l’abbé Émile-Olivier Plante. Il organise des bazars, des collectes, des souscriptions volontaires qui permettront la construction d’un presbytère. M. Félix Vachon sera chargé du bon fonctionnement de cet important dossier.