Chronique Historique BeaulacOctobre 1919, Hôtel Pinard de Garthby…

Le barbier Paul Gosselin,  55 ans, habituel client  de l’Hôtel Pinard, discute avec le marchand local Dionne.  Le ton monte et on en vient aux gros mots. Le fils du Dr Cook de Disraeli, commis de l’hôtel depuis seulement une semaine, les avertit qu’il serait préférable d’aller régler leur conflit ailleurs ou encore de cesser la dispute.

Hôtel Parks vers 1920
Hôtel Parks vers 1920

Paul Gosselin se retire donc, monte à la chambre qui lui était réservée, redescend avec une carabine, s’installe sur la dernière marche, presse la gâchette, tire sur J. B. Cook et remonte.

Le médecin est appelé et constate que même si la balle n’a qu’effleuré  la tête du commis, la blessure est grave.  Il remarque une déchirure du cuir chevelu sur un espace de 3 pouces de longueur par 2 pouces de largeur et la coupure d’un vaisseau sanguin superficiel.

Paul Gosselin est arrêté sous une accusation de tentative de meurtre sur la personne de J. B. Cook et est écroué.

Lors de l’enquête préliminaire, Maître J. H. Lemay, représentant M. Gosselin, prétend que l’accusé n’avait aucunement l’intention de tuer, il ne  voulait qu’effrayer les clients sur place qui, semble-t-il, se moquaient de lui.  Il prétend que le coup est parti accidentellement et qu’il ignorait que la carabine était chargée. Le magistrat ayant entendu la déclaration des témoins oculaires et les arguments de l’avocat de l’accusé  condamne M. Paul Gosselin à procès sous l’offense d’assaut grave. Il semblerait que ce dernier choisira un procès expéditif et que sa cause sera expédiée en cour de magistrat dans un court délai. Lors de ce procès à venir, J. B. Cook sera représenté par Maître Wilfrid L’Azure.

Source :  Journal  La Tribune de Sherbrooke, octobre 1919.