La célébration des fêtes du 150e anniversaire de Disraeli a permis à beaucoup de gens de mieux connaître les événements importants qui ont marqué l’évolution de notre municipalité. Un aspect un peu négligé de ce retour sur notre passé a peut-être été de mettre en évidence ces hommes et femmes qui, de par leurs actions, ont réussi à faire rayonner Disraeli à l’extérieur de nos frontières municipales. C’est le cas de Sœur Stella Plante, fille du Dr Napoléon Plante et d’Aline Pilon. Née à Disraeli en 1922, elle est la deuxième d’une famille de quatre filles (Alexandra, Stella, Rita et Émilienne). Elle a grandi à Disraeli et fréquenté le couvent dirigé par les Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie (SNJM). C’est certainement là qu’elle a développé son intérêt pour la musique.

Le Dr J.N. Plante, sa fille Stella, son épouse Aline Pilon devant le couvent de la congrégation SNJM à Outremont en 1940

À 18 ans, elle entre au noviciat des sœurs des SNJM et prend le nom de sœur Aline-Marcelle. Orientée vers la musique, elle poursuit ses études (piano, orgue, harpe) et obtient une maîtrise en interprétation et une licence en musique. Elle enseigna la musique, pendant 24 ans, dans les pensionnats de la communauté des Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie de la métropole. De 1967 à 1978, elle occupa le poste de directrice de l’école Vincent-d’Indy de Montréal.

Sœur Stella Plante.

L’origine de cette école de musique montréalaise dirigée par les sœurs SNJM remonte à 1920. Plusieurs éminents musiciens laïques vont y enseigner : Claude Champagne, Alfred Laliberté, Léo Pol Morin, Louise André, Jean Dansereau, etc. C’est également dans cette institution que plusieurs des grands artistes de niveau international seront formés : Louise Lebrun, Gloria Richard, Henri Brassard, Janina Fialkowka, André Laplante, etc. Il serait intéressant de noter que quelques musiciens et musiciennes de Disraeli ont également été formés à l’École Vincent-d’Indy. En 1980, l’Université de Montréal fit l’acquisition de l’édifice pour y loger la faculté de musique de l’U de M.

Lorsqu’elle quitte Vincent-d’Indy, Sœur Stella accepte, à la demande du directeur général du Conservatoire de musique et d’art dramatique du Québec, de diriger le Conservatoire de musique de Rimouski et cela pendant 7 ans. Durant les trois années suivantes, elle sera directrice adjointe du Conservatoire de Montréal.

À 86 ans, sœur Stella entre à l’infirmerie de la maison Jésus-Marie à Montréal où elle décède le 3 février 2017 à l’âge de 95 ans, cinq jours après la mort de sa sœur Rita, membre de la Congrégation Notre-Dame. Cette dernière avait 93 ans.