La mise en marché d’une propriété est beaucoup plus complexe que la simple installation d’une pancarte au chemin.  Plusieurs étapes importantes sont souvent oubliées et peuvent mener à des complications ou des négociations désavantageuses.

Lorsque la décision est prise de mettre votre propriété en vente, sortez tous vos documents.  Le plus important sera le certificat de localisation.  Le certificat doit refléter l’état actuel de votre propriété.  Avez-vous ajouté une remise ou un garage? Y a-t-il une nouvelle galerie, une piscine?  Tous les ouvrages permanents doivent être  indiqués sur le plan du  certificat – s’ils ne le sont pas, un nouveau certificat est requis et devrait être commandé avant la mise en vente de votre propriété.  Le certificat vous révèlera tous les secrets de votre immeuble.  La ligne de propriété est-elle bien ou vous le pensiez?  Existe-t-il des servitudes?  Le garage empiète-t-il chez le voisin?  Les règlements municipaux concernant les marges de recul, les bandes riveraines, les installations septiques sont-ils observés.  Êtes-vous….CONFORME?  La très grande majorité des vices de titres peuvent être décelés avec un certificat de localisation en bonne et due forme.

Lorsqu’on attend à la dernière minute pour faire produire un certificat de localisation, soit après l’acceptation d’une promesse d’achat, et que celui-ci révèle une irrégularité, saviez-vous que l’acheteur peut mettre un terme à la promesse d’achat?  En effet, si le vice ne peut être réglé par le vendeur dans les 21 jours suivant sa dénonciation, l’acheteur peut annuler la promesse et vous réclamer tous ses frais encourus.  Cela peut s’avérer tragique si le vendeur avait fait l’achat d’une autre maison…

Votre courtier immobilier est formé pour faire une lecture instruite du certificat et vous aider à normaliser les situations dérogatoires. Faire affaire avec un professionnel de l’immobilier, c’est gagnant!