chronique immobiliereEn fait cette notion est un mythe. Un courtier représente la personne qui l’a mandatée par contrat. Quand un courtier est mandaté par le vendeur pour la vente de sa propriété, il est réputé représenter les intérêts du vendeur. Si un acheteur fait affaire avec le même courtier, on dit de lui qu’il n’est pas représenté. Que cela veut-il dire en termes concrets?

Dans le cas du courtier mandaté par le vendeur, le travail du courtier consiste à obtenir le meilleur prix, pour le vendeur, compte tenu du marché. Le courtier, par le biais des comparables et des particularités de l’immeuble à vendre, des conditions spécifiques au vendeur, fait une mise en marché pour maximiser le potentiel de prix de vente pour le vendeur. Cela ne veut pas dire pour autant que le courtier est libre de mentir ou de ne pas mentionner les faits relatifs à l’immeuble, au profit du vendeur. Le courtier qui transige avec un acheteur dit non-représenté a toujours un devoir de transparence et de vérification. Il est tenu par la loi de divulguer à tout acheteur potentiel tout ce qu’il sait au sujet d’un immeuble, sans en minimiser la portée. Il doit répondre aux questions de l’acheteur mais dans ce cas, l’acheteur est tenu de faire lui-même ses propres vérifications. Le courtier ne peut se placer dans une situation de conflit d’intérêt. La situation devient particulièrement difficile pour le courtier lorsque le vendeur lui-même minimise certains faits ou les oublie car il s’en accommode facilement. Il peut ainsi placer le courtier « entre l’arbre et l’écorce » si jamais il y avait poursuite en vice caché. Le courtier est obligé de témoigner pour son client, le vendeur, car c’est celui-ci qui l’a mandaté. Il peut difficilement témoigner pour un acheteur « non-représenté ».

Alors pourquoi l’acheteur fait-il affaire directement avec le courtier inscripteur? L’acheteur trouve qu’il est plus facile de transiger avec un seul intermédiaire, plus rapide et comme le courtier est strictement régi par son code de déontologie et la loi sur le courtage immobilier, il y a peu de risques. L’acheteur pense qu’il peut réaliser un meilleur prix d’achat avec un seul courtier impliqué ou peut avoir de meilleures garanties avec le courtier inscripteur mais, en bout de ligne, la seule vérité absolue…c’est que le courtier travaille pour celui qui l’a mandaté. Faire affaire avec un professionnel de l’immobilier, c’est gagnant! Lorsqu’on fait un choix éclairé!