chronique immobiliereL’année 2016 a été plutôt ordinaire en termes de transactions immobilières.  Nombreux sont les propriétaires qui désiraient vendre leur maison et se sont aperçus que les acheteurs n’étaient tout simplement pas au rendez-vous. Un marché plus lent et des prix de vente légèrement à la baisse et les vendeurs sont toujours propriétaires de leur maison…

Les acheteurs sont toujours là, mais, ils accordent un plus petit budget à leur achat.  Ils sont nombreux à consulter les fiches détaillées des propriétés sur internet mais ces consultations ne mènent pas souvent à des visites ou des promesses d’achat.  Les acheteurs savent que le marché les favorise et ils attendent que vous baissiez votre prix!  Mais encore faut-il savoir bien le fixer!

Madame B. m’appelle début décembre, en larmes, car sa maison est vendue.   Le courtier avec qui elle a fait affaire a sous-évalué la maison et celle-ci s’est vendue en quelques jours seulement.  Les vendeurs, âgés et malades, connaissaient de loin leur courtier et lui ont fait confiance.  Toutefois, cet agent ne connaissait sans doute pas le secteur et la vente s’est effectuée au moins 20 000$ sous la vraie valeur marchande de la propriété. L’acheteur, lui, a fait une très, très bonne affaire!

Comment se prémunir contre de telles situations?  Magasinez!  Avant de choisir le courtier avec qui vous ferez affaire, de grâce, demandez au moins 2 ou 3 opinions de valeur marchande à des courtiers de votre secteur.  Les opinions de valeur marchande sont basées sur les ventes récentes du secteur (pas plus de 12 mois), de propriétés offrant sensiblement les mêmes caractéristiques.  Elles prennent aussi en considération les tendances du marché en termes de demandes spécifiques – architecture, matériaux de finition, aménagements.  Par exemple, le fini extérieur en agrégat si populaire dans les années 80 & 90 n’a plus du tout la côte en 2017.  Les tendances déco/réno sont vraiment aussi à considérer.

Finalement, bien qu’il soit alléchant de choisir le courtier vous ayant présenté l’opinion de valeur marchande la plus élevée, demandez-vous ceci : est-ce que vous achèteriez vous-même cette propriété à ce prix? Si vous pouvez honnêtement répondre oui à cette question, d’accord, mais si vous pensez que vous n’offririez pas autant, c’est que le prix est trop élevé.  Vous ne vous rendrez pas service en surévaluant la propriété car les acheteurs d’aujourd’hui font leurs recherches par internet, avec des critères de prix très précis. Si vous demandez un prix au-delà du marché, votre propriété ne sera même pas vue, ni sélectionnée par les acheteurs.  Soyez réaliste et fixez votre prix de façon à maximiser votre visibilité, tout en restant en ligne avec le marché actuel.  Faire affaire avec un professionnel de l’immobilier, c’est gagnant!