Chronique Historique StratfordPar Denyse Gauthier, Aline Boisvert et Gilles Poulin

En 1940, le moulin à scie « du lac » d’Aristide Poulin passe au feu. Il était situé sur une partie du lot 30 du rang 2 S.O. aujourd’hui jointe à la terre de Benoît Boisvert. Aristide, son épouse Irène et leur famille déménagent au village de Stratford pour faire l’acquisition du moulin du village construit par Joseph Bergeron.

L’ancienne maison d’Aristide sur le lot 30 est ainsi devenue vacante. En 1944, Cléophas Roy décide de l’acheter et de la déménager sur sa ferme voisine pour l’habiter. La maison est soulevée, glissée sur des rouleaux et attachée à un cabestan (voir la note). La mule de Cléophas est ensuite attelée pour tirer la maison jusqu’à l’endroit voulu. La mule a bonne mine; elle est forte…mais têtue. Têtue comme une mule! Elle fait bien son travail mais après un certain temps, elle décide qu’elle en a assez. Elle se couche. Ce n’est que le lendemain que le travail va reprendre. Le déménagement va se poursuivre au rythme du travail de la mule.

photo, tirée de Google : Anonyme, un cabestan actionné par des hommes dans la commune Le Portel, en France.
Photo, tirée de Google : Anonyme, un cabestan actionné par des hommes dans la commune Le Portel, en France.

Dans les temps modernes, les méthodes de travail ont évolué et les tracteurs et camions ont remplacé le travail des mules et des chevaux. La Société d’histoire de Stratford a rencontré, à l’automne dernier, un groupe d’aînés au Château Marysia de Stratford pour parler des maisons déménagées. Au fil des ans, selon ceux qui s’en souviennent, au moins 23 maisons ont été transportées, en général vers le village.

Note : Cabestan : treuil à axe vertical dont le mouvement sert à enrouler un câble, permettant de déplacer une charge très importante.