Ils ont entre 12 et 17 ans. Depuis plusieurs semaines, ils ont dû mettre leurs activités sportives, leurs amis et leur liberté en suspens. Entre nouveaux projets et leçons de vie, les adolescents vivent toutes sortes de choses dans leur quotidien au temps du coronavirus.

Depuis le début du confinement, leur vie a bien changé, mais ils gardent le moral. Ils essaient toujours de trouver quelque chose à faire, sinon ils vont tous commencer à « déprimer ».

La fratrie, c’est bien distrayant, mais encore faut-il en avoir une, fratrie. L’isolement, c’est difficile, ne pas entendre ou voir ses amis en vrai, ce n’est pas évident pour eux. Parce que si les médias sociaux sont là pour tous, dans la situation actuelle, ils montrent aussi leurs limites. Les sports ! Difficile de jouer à un sport d’équipe par médias sociaux. L’équipe, la gang, le rassemblement dans le vestiaire, pour certains jeunes, c’était une question de survie, d’échappatoire, de laisser aller son fou, de dépenser son énergie avec ses amis, ses chums. L’impatience commence sincèrement à se faire sentir.

Au début, le confinement, c’était cool. Y’a pas d’école et on peut gamer toute la journée…, mais ça fait un temps ! Oui, les jeunes aiment manger, dormir et gamer, mais tout le temps ? C’est loin d’être vrai. Ils ont besoin de leurs pairs pour échanger, se former, socialiser.

Il y a tout de même des points positifs à cet isolement. Certains jeunes se sont formés en cuisine. Ils font des tests culinaires et certains ont même développé leur goût pour des aliments différents. Les jeux de société ont aussi pris une belle place dans la vie des ados. Ils jouent en famille et ça crée de beaux moments. Pour ceux dont la famille est moins présente à cause de leur travail, la lecture et les casse-tête sont aussi devenus des activités qu’apprécient les jeunes.

L’école
Dans l’ensemble, l’école ne leur manque pas tant que cela, mais ils s’interrogent toutefois sur leur avenir, surtout les élèves de 4e et 5e secondaire. Ils se questionnaient beaucoup sur le déroulement des cours en ligne et se demandaient si leurs notes compteraient et si cela serait suffisant pour obtenir le diplôme d’études secondaires. Malgré tout, ils sont demeurés optimistes.

Il ne faut pas oublier la graduation, le fameux bal, projet tant attendu. Là, ça fait mal ! Y’a plein de trucs qui s’organisent en ligne, mais un bal ! En ligne ! Ç’a rien à voir avec le bal de fin

d’année avec ses amis, ses parents, ses profs, pour souligner la fin du secondaire… ce passage tant attendu. Ils sont bons, nos jeunes, de s’adapter à cette réalité.

Leçons de vie
C’est finalement avec patience et philosophie que ces quelques jeunes abordent la situation actuelle. Si plusieurs prient pour que les choses reviennent à la normale rapidement, d’autres s’aperçoivent que c’est un moment formateur pour eux. Ils voient l’occasion de profiter de chaque moment. Ils n’oublieront jamais de garder leurs distances et de se laver souvent les mains !