L’Union des municipalités du Québec (UMQ) dénonce vigoureusement la décision rendue hier par la Commission américaine internationale pour le commerce (US International Trade Commission), qui a conclu que les exportations de bois québécois et canadien portaient préjudice à l’industrie américaine du bois d’œuvre, une première dans l’histoire des litiges commerciaux entre le Canada et les États-Unis.

« Depuis l’arrivée de Donald Trump, les mesures ultra-protectionnistes ne cessent de s’accumuler. Pensons à la renégociation de l’ALENA, à la réforme fiscale, à la CSeries et au bois d’œuvre. Et ça va malheureusement se poursuivre. Les conséquences sont graves pour l’économie des régions du Québec. En ce moment, ce sont les 60 000 travailleuses et travailleurs du secteur forestier et leurs familles, ainsi que les quelque 220 communautés dont l’économie dépend principalement du bois d’œuvre qui subissent de véritables préjudices », a déploré le président de l’UMQ et maire de Drummondville, monsieur Alexandre Cusson.

L’UMQ réitère son appui au gouvernement canadien, qui a décidé de porter le conflit du bois d’œuvre devant l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Le dossier sera à l’ordre du jour de la prochaine rencontre des membres du Comité sur la forêt de l’UMQ, qui se tiendra au début de 2018.

Source : Union des municipalités du Québec