Les fêtes sont terminées et on est nombreux à vouloir perdre les kilos dont nous ont gratifiés la dinde, le ragoût, la farce et la sauce en abondance. Mais cette graisse à perdre, où ira-t-elle? Selon la revue Sciences et Avenir, jusqu’à présent la réponse était loin d’être évidente, y compris pour les médecins et diététiciens spécialisés… Devient-elle du muscle, de l’eau, de l’énergie ou de la chaleur? Eh bien rien de tout cela.

Cette question assez simple, c’est Ruben Meerman, physicien de formation et présentateur TV d’émissions scientifiques en Australie qui se l’est posée. Devant la variété de réponses qu’il a trouvées, il s’est dit que cette ignorance méritait une étude en bonne et due forme car plus de 50% des 175 professionnels de santé interrogés ont ainsi répondu que la graisse était transformée en énergie ou en chaleur lors d’un régime. Erreur!

En fait l’étude réalisée a montré que, sur 10 kilos de graisse éliminée lors d’un régime, 8,4 kilos se volatilisent en dioxyde de carbone (CO2). Le reste, 1,6 kilos, est transformé en eau puis éliminé par l’urine, la sueur, les larmes et autres sécrétions biologiques. Alors, avec l’épidémie mondiale d’obésité que l’on connaît, mettre les gens au régime contribue aux changements climatiques! Qu’on se le dise, quand on fait un régime, chaque kilos de graisse perdue se transforme à plus de 80% en dioxyde de carbone, ce fameux gaz à effet de serre. Rappelons que, selon le profil de santé établi par Statistique Canada en décembre 2013, l’obésité frappe 17% de la population de Chaudière-Appalaches. Alors, vaut-il mieux garder nos kilos en trop ou se mettre au régime minceur? Peut-être aurait-il mieux valu ne pas manger en excès cette dinde, ce pâté, cette bûche, etc. Quelqu’un disait « la modération a… »