« Qui dort dîne »

Pour plusieurs cette vieille expression n’a pas de secret, elle signifie qu’un bon sommeil peut bien remplacer un repas. Ou encore que bien dormir fait oublier la faim. Erreur! La revue Sciences et Avenir nous apprend que cette expression tire son origine du Moyen Âge. Elle était inscrite au fronton des auberges pour aviser le voyageur qu’il ne serait hébergé qu’à condition de prendre un repas: le voyageur qui veut dormir à l’auberge doit dîner tout simplement.

Mais la science nous apprend qu’il est juste de relier sommeil et alimentation : manque de sommeil rime avec risques d’obésité et de diabète. Nos heures passées dans les bras de Morphée permettent à notre corps de mieux réguler notre appétit et notre absorption des sucres. Rappelons que, selon le profil de santé établit par Statistique Canada en décembre 2013, l’obésité frappe 17% de la population de Chaudière-Appalaches. Alors on a encore aujourd’hui un peu raison de dire « Qui dort dîne ».

Le cougar à nouveau

Il y a des cougars au Québec! Non il n’y en a plus depuis très longtemps! La controverse bat son plein et il n’y a pas d’année qui passe sans de nouvelles observations… ou illusions. Et bien, pour le biologiste F.J. Lapointe de l’Université de Montréal, le doute n’est plus permis : les cougars vivent dans les forêts de la Gaspésie, de l’Estrie et bien sûr de Québec, donc de Chaudière-Appalaches! Dans la revue « Les diplômés » on nous apprend que la bête a été formellement identifiée grâce à l’analyse ADN de poils retrouvés en forêt.

Prédateur très discret et bien acclimaté à la forêt boréale, ce « lion des montagnes » est répandu dans l’Ouest canadien. Maintenant on sait qu’on pourrait le croiser ici, près de chez-soi. D’ailleurs le ministère des Forêts, Faune et Parcs du Québec en surveille la présence et a inscrit cette panthère sur la liste des espèces susceptibles d’être désignées menacées. Alors, lors de vos promenades en forêt, ouvrez l’œil, vous pourriez croiser un de ces superbes fauves.