Soucieux de toujours aller de l’avant et d’offrir à ses élèves des programmes des plus intéressants et des plus stimulants, la Polyvalente de Disraeli s’est dotée cette année d’un nouvel équipement pour ses concentrations en Arts du cirque et en Plein air.

Photo par André Garon

En effet, les élèves de ces programmes pourront désormais pratiquer la discipline de la « slackline » grâce à l’acquisition de trois sangles. Cette pratique sportive s’apparente au funambulisme. Elle s’en distingue cependant clairement par l’utilisation d’une sangle élastique en polyester de 5 cm, ainsi que par l’absence d’accessoire de type balancier et d’une absence de stabilisation de la sangle. La sangle peut être tendue entre deux encrages de gymnase ou encore entre deux arbres à l’aide d’un système de cliquet, ce qui en fait une discipline qui peut être aussi bien pratiquée en intérieur qu’en extérieur, en milieu naturel ou encore urbain.

Photo par André Garon

La slackline aurait été inventée au parc Yosemite en Californie au début des années 1980 par des grimpeurs qui voulaient s’amuser entre deux sorties d’escalade. Bien que de pratique restreinte au cours des années 1980 et 1990, les adeptes provenaient surtout de la communauté des grimpeurs californiens ainsi que du Royaume-Uni, c’est au début des années 2000 que cette discipline a connu un véritable essor dans le monde entier. Sa pratique est maintenant courante en France, Allemagne, Suisse et bien sûr aux États-Unis. De plus en plus d’adeptes s’y adonnent maintenant au Canada et au Québec, la discipline étant popularisée par des vidéos sur internet. Sa pratique est maintenant fédérée par une fédération internationale soit l’«International Slackline Association».

Les « slackeurs » comme l’on nomme les personnes qui pratiquent cette discipline peuvent, en plus de marcher sur celle-ci, réaliser différentes figures comme demi-tour, tour complet, position assise ou allongée, grand écart, équilibre sur les mains, jongleries et sauts.

Nul doute que les élèves de la Polyvalente de Disraeli sauront, au cours des prochains mois, développer leurs habiletés sur ce nouvel équipement et qu’ils continueront d’épater par des figures et numéros des plus spectaculaires qui sauront faire écarquiller les yeux comme cela fut le cas avec les prestations des arts du cirque depuis la création du programme au début des années 2000.