Merci, Gérard!

Par Jean-Denis Grimard

C’est dans l’étonnement et la consternation que l’équipe du journal Le Cantonnier a accueilli l’annonce du décès de monsieur Gérard Declerck, demeurant dans la région de Sherbrooke depuis quelques mois, mais antérieurement à Lambton depuis son arrivée au pays à la fin du siècle dernier. Le souvenir de sa fidèle contribution à la cause du journal communautaire demeure vivace dans la mémoire de la trentaine de bénévoles de l’organisation qui l’ont ainsi connu et reconnu.

Gérard fut l’un des premiers à répondre immédiatement à l’appel et à joindre le petit groupe de départ dans le lancement du journal Le Cantonnier malgré les doutes que ce démarrage suscitait. Dès 2001, jusqu’à son retrait en 2016 pour cause de maladie, il fut admirable dans le dévouement et la qualité de son engagement à la cause de l’information publiée par Le Cantonnier. Il fut membre élu et vice-président du conseil d’administration représentant le secteur Lambton pendant ces quinze années ; en outre, il fut le correspondant de ce secteur en étant le rédacteur assidu d’articles inspirés par le vécu de ses concitoyens. Il fut nommé « Bénévole de l’année » en 2009. Enfin, lors de la soirée des Fêtes 2017 regroupant les bénévoles, un hommage gravé dans une plaque rendant hommage à son dévouement et à son engagement à la mission du Cantonnier lui fut rendu.

Hommage rendu par Le Cantonnier en 2017

Pour ma part, je me souviendrai toujours de cet homme érudit, énergique, au franc-parler et à la plume relevée, généreux de sa personne et d’une loyauté indéfectible. Un complice rêvé pour accompagner et soutenir en équipe la croissance d’un projet. Son dévouement n’aura eu d’égal que sa conviction. Merci infiniment, Gérard !

L’équipe du Cantonnier adresse ses condoléances à son épouse, à sa fille et à son gendre ainsi qu’à ses petits-enfants.

Jean-Denis Grimard


Hommage à mon ami Declerck

Par ton grand ami Luc Grondin

Accueillant, chaleureux, mon ami français, M. Gérard Declerck, m’a invité, alors que nous n’étions qu’au tout début de notre amitié, à célébrer un événement familial. J’étais honoré qu’un homme de cette envergure m’introduise dans sa famille. L’amitié, la politique, le besoin de s’engager, de faire du bien et de rendre service nous ont unis jusqu’à sa mort, le 23 décembre dernier, à Sherbrooke. Cette personne exceptionnelle mérite hommage et respect.

Gérard Declerck, « Bénévole de l’année » 2009

Arrivé au Québec en 1998 avec sa conjointe Jeanine, un an après leur fille unique Astrid, ce Français m’a animé, aidé, appuyé, tout comme il l’a fait pour plusieurs de ses concitoyens de Lambton et des environs. Généreux de ses avoirs et de son temps, Gérard a endossé plusieurs causes pour améliorer le bien-être de ses concitoyennes et concitoyens, particulièrement dans le secteur de la santé. Parfois, il l’a fait publiquement en clamant haut et fort ses convictions devant les politiciens de tous les niveaux, les gestionnaires haut placés dans les organisations et médias. Tantôt, il l’a fait discrètement, par humanisme et générosité.

Rien ne l’intimidait ! Après tout, il avait vécu la Seconde Guerre mondiale en France et défendu l’indépendance nationale et la grandeur de la France aux côtés de Charles de Gaulle.

Mon ami était un érudit. Sa carrière dans la gestion d’un centre nucléaire, le Centre d’étude atomique de Grenoble, région de l’Isère en France, l’avait amené à relever plusieurs défis et à voyager. Ses connaissances scientifiques, son esprit d’analyse, sa curiosité, son sens critique faisaient de lui un homme réfléchi et respecté de tous. Souvent, on requérait son avis sur divers sujets techniques. Il était aussi un vulgarisateur : Gérard aimait informer, instruire, écrire. Il a été un fidèle bénévole au journal communautaire Le Cantonnier depuis l’année de sa fondation jusqu’à la fin.

Habile chasseur de petits et gros gibiers, célèbre pêcheur de truites, cueilleur redoutable de champignons, il se sentait bien dans la nature du Québec. Tout le monde à Lambton et dans les environs connaissait M. Gérard Declerck. Il avait le don de faire sentir à chacun qu’il était important à ses yeux et à travers l’objectif de la caméra qui l’accompagnait souvent dans ses sorties. Merci, mon ami, pour tout ce que tu nous as apporté, et surtout pour ta belle complicité !

Comme tu le disais souvent quand on te quittait, « dites bonjour à tous ceux que l’on connaît ».

Ton grand ami Luc Grondin


Plus de 80 ans, encore militant et toujours inspirant

Par Sylvie Veilleux

Souvent, on dit aux militantes et aux militants que leur fougue diminuera avec l’âge et que leurs convictions s’atténueront. Ma rencontre avec M. Gérard Declerck m’a prouvé le contraire et stimulé la militante en moi. Merci, M. Declerck, pour cette injection d’adrénaline et cette démonstration que l’âge n’engourdit pas la quête d’un mieux-être pour toutes et tous.

J’ai eu la chance et le privilège de faire la connaissance de cet homme authentique et convaincu dans le dossier de la recherche de médecin de famille pour le CLSC de Lambton, lequel dessert les six municipalités de la couronne nord de la MRC du Granit, dont Stratford. Empathique et intolérant à la souffrance et à la maladie, M. Declerck était prêt à virer la planète sens dessus dessous pour remplacer un ou des médecins partis à la retraite laissant derrière eux des centaines de patients orphelins, dont plusieurs aînés.

Gérard Declerck, un homme à l’écoute

Non satisfait de siéger au conseil d’administration du centre hospitalier de Lac-Mégantic et d’y défendre le besoin d’un médecin de famille à Lambton, M. Declerck a convaincu les maires des municipalités concernées de former un comité pour mobiliser la population et faire avancer le dossier. Actif sur le terrain, maîtrisant parfaitement le dossier, présent à toutes les rencontres, sa crédibilité ne faisait aucun doute pour nous tous et pour les responsables de l’attribution des médecins en région. M. Declerck était partout, faisait jouer ses contacts, rien ne l’arrêtait !

Malgré sa grande expérience, tout au long du travail du comité, il nous a écoutés et a considéré nos commentaires : il nous a fait confiance. M. Declerck nous a fait rire avec son sens de l’humour unique. Chacune des réunions a été un moment inoubliable et riche d’enseignements.

Aujourd’hui, le CLSC de Lambton bénéficie de la présence d’un médecin de famille une demi-journée par semaine. M. Declerck et ses fidèles collaboratrices et collaborateurs ont déniché et convaincu Dr Matthieu d’offrir ses services dans des conditions loin d’être maximales.

Merci, M. Declerck, de votre ténacité et de votre engagement envers les citoyennes et citoyens desservis par le CLSC de Lambton. Nous vous devons de continuer le travail pour obtenir plus.

Gérard Declerck en compagnie des membres du conseil d’administration du Cantonnier en 2005