DragonsNos Dragons : Serge Dubois, Biodélices; Guylaine Dubuc, Caisse Desjardins du Carrefour des Lacs; Frédéric Paré, EmindTek; Marianne Baril, Pépinière ancestrale et Dany Vachon, entrepreneur.

Mission accomplie, une 3e fois, pour la semaine  « Le Goût d’entreprendre Desjardins » qui s’est déroulée cette année du 20 au 28 janvier 2014. L’objectif ultime de cet événement vise à sensibiliser et à encourager les jeunes à développer leurs qualités de leader et d’entrepreneur.

Parmi les activités offertes aux étudiants, celle des « Dragons de Valoris » comporte sans nul doute un caractère hautement éducatif en faisant vivre une expérience concrète d’entrepreuriat, soit la présentation d’un projet d’entreprise pour fin de financement, à l’image de l’émission télévisée « Dans l’oeil du dragon ». Au-delà d’une possibilité d’aide financière, les jeunes bénéficient aussi de judicieux conseils de la part des dragons. Il importe de mentionner qu’avant cette ultime épreuve, les étudiants ont été guidés par leurs enseignants et intervenants scolaires.

C’est le mardi 28 janvier dernier qu’avaient lieu les présentations. Outre la description du projet, les jeunes devaient aussi en expliquer le déroulement, l’implication, la mobilisation, les retombées et les besoins en financement. L’originalité du projet et les sources de financement déjà obtenues étaient aussi considérés par les dragons dans leur analyse des projets.

Le point culminant de la journée a été le «5 à 7 Reconnaissance» qui s’est tenu à la salle Dussault de la Polyvalente de Thetford.  On y a alors dévoilé les projets qui ont obtenu une aide financière de Desjardins.

L’école polyvalente de Disraeli
Les cinq projets présentés ont obtenu du financement.

« Le projet Couture » s’est vu attribué un montant de 200$. Lynda Lemay, éducatrice spécialisée qui détient des compétences en couture, prêtera assistance aux étudiants qui fabriqueront des sacs de protection pour les lunettes de sécurité. Mesdames Marie-Ève Lessard et Johanne Beaudoin sont responsables du projet.

« La cyber-appréciation » est un projet de sensibilisation aux conflits et à l’intimidation sur les réseaux sociaux et aux mesures de sécurité sur le web. Sous la responsabilité de mesdames Rita Couture et Kassandra Gagnon, les étudiants réaliseront la semaine « cyber-appréciation » du 7 au 11 avril 2014, supportés financièrement par un octroi de 300$. Le personnel de secrétarait de l’école et celui des services sera notamment mis à contribution.

« Stop-motion », sous la responsabilité de madame Marie-Ève Lessard, permettra à un groupe d’élèves de réaliser une animation de type Stop-motion, de la conception au montage. Le montant de 350$ qui leur est accordé servira notamment à l’achat d’équipement. Monsieur Louis Lachance, conseiller pédagogique agira comme personne ressource pour l’achat des appareils photos et la création des animations. Madame Marie-Pierre Gilbert, psychoéducatrice s’occupera  du jumelage des étudiants des différents programmes scolaires.

« Le coussin du bonheur » obtient 150$ pour l’achat de tissus et de matériel de rembourrage qui serviront à la fabrication de coussins pour les chaises dans les classes. Sous la responsabilité de monsieur Martin Gagnon, le projet pourra bénéficier de l’expertise de madame Élyse Lemay pour la planification, de madame Lise Turgeon (Tapisserie Beaumart) pour les tissus et de monsieur Arold Pagé (Rembourrage Paré).

« Promo Clip Vidéo Web 2.0 » se mérite le montant de 1 000$ pour la production de vidéo promotionnelle et la diffusion sur Internet. Bien que substantiel, ce montant ne servira qu’à payer une partie des 1 500$ nécessaire à l’achat du caméscope 3D, indispensable au projet. Messieurs Jordan Daigle et André Garon sont responsables du projet. Ils pourront bénéficier de l’appui du directeur d’école, monsieur Jonathan Brochu, pour le prêt de matériel informatique, de monsieur Louis Lachance, conseiller pédagogique en informatique et de monsieur Tommy Gauthier, pigiste au Quotidien des lacs et chez Webec informatique.

Des jeunes qui ont le goût d’entreprendre et des adultes inspirants qui se mobilisent pour développer les compétences de ces jeunes, voilà une recette gagnante pour favoriser l’entrepreneuriat, pour apprendre à transformer les idées en action.