Les membres du comité culturel de la MRC du Granit ont présenté les projets retenus dans le cadre de l’appel de projets lancé précédemment cette année. Les projets retenus ont tous un rapport avec l’Histoire et la mise en valeur du patrimoine régional : archéologie, mise en valeur du patrimoine bâti et photographie du patrimoine naturel. Rappelons que les projets retenus recevront un soutien financier de 4 000 $. Trois organismes de trois municipalités de notre territoire s’activeront à la réalisation de leur projet.

La Commission des arts, de la culture et du patrimoine de Lac-Mégantic mettra en place un parcours photographique extérieur sur le territoire de la MRC du Granit, en partenariat avec Club Photo région de Mégantic et les municipalités de Lambton et de Saint-Ludger. Des structures d’accueil pour les photos seront installées dans les secteurs géographiques retenus de la MRC.

Le parc du lac Aylmer, situé sur le territoire ancestral des Wabanakis, sera le lieu de fouilles. Photo par Nadeau Photo Solution

Lambton, par l’entremise de Patrimoin’art, mettra en valeur le patrimoine immatériel et bâti de cette municipalité en documentant l’aspect historique des bâtiments retenus, en réalisant des capsules vidéo ainsi que des panneaux d’interprétation pour le circuit historique et patrimonial et en créant un prix de reconnaissance en patrimoine.

La Société de gestion du parc du lac Aylmer a comme projet de mettre en valeur le patrimoine archéologique du site en réalisant des recherches archéologiques documentaires. Rappelons que le parc est situé sur le territoire ancestral de la nation Waban-Aki. Dans un premier temps, une recherche documentaire sera réalisée de même que l’inventaire des collections archéologiques existantes provenant du site. L’ensemble des données recueillies sera utilisé dans le cadre d’un projet de mise en valeur. Une deuxième étape de travaux d’inventaire terrain suivra.

À Stratford, le lac Aylmer, territoire sillonné de longue date par les Abénaquis. Photo par Yves Lirette

Rappelons brièvement quelques faits sur ce site archéologique riche en histoire. En 2014, le journal Le Cantonnier, sous la plume de Jean-Claude Fortier, nous informait que des vestiges (tessons de poterie, foyers, pointes de flèches, etc.) trouvés par les archéologues dans la baie de Batoche et autour du lac attestaient de la présence de sites autochtones aménagés sur ses rives à une époque ancienne. Ce lac était le point de rencontre annuel de groupes d’Amérindiens semi-nomades qui venaient y pêcher diverses espèces de poissons, dont l’esturgeon, le doré, le brochet, et même l’anguille, et y chasser l’outarde et le canard. Les premiers à s’y trouver furent les Abénakis. Ils lui donnèrent le nom de Maskikogamâk, ce qui veut dire lac des Foins à cause des grandes herbes qui poussaient le long des berges.

L’implication des organismes culturels locaux permettra aux citoyens de mieux connaître leur héritage et l’histoire de la région du Granit.