Tous ceux et celles qui n’ont pas d’accès privé aux eaux du lac Aylmer pourront bientôt s’y baigner librement puisque la ville de Disraeli vient enfin d’obtenir les autorisations nécessaires en provenance du ministère de l’Environnement pour réaliser la plage prévue dans l’aménagement global du Parc de la Gare.

En conséquence, la ville doit intervenir rapidement, avant le 1 avril, pour procéder d’abord au nettoyage de la rive et de la zone aquatique qui sera aménagée pour la baignade. Cette date butoir est une des exigences épiçant l’acceptation du projet. Il ne faudra pas se surprendre d’y voir une pelle hydraulique en opération qui extirpera différents débris repérés tels des fragments de ciment et autres, dans un but de décontamination. Les anciens se rappelleront sans doute que ces lieux étaient occupés jadis par des entreprises de sciage tout en étant à proximité d’une cour de triage pour le transport de marchandises par rail.

Par la suite, les travaux d’aménagement consisteront à étendre une première couche de gravier (30cm) et une deuxième couche superposée (30cm) de sable. Le tout devrait être complété au début de l’été. La zone de baignade sera balisée et sous surveillance (60m x 6m). Des prélèvements d’eau seront régulièrement effectués afin d’en vérifier la qualité. Ainsi que prévu, les baigneurs pourront se prévaloir des installations sanitaires du chalet et des locaux pour l’habillage.

Les travaux ont été confiés à la firme Excavations Gagnon & Frères. Le directeur-général et secrétaire-trésorier de la ville, M. Guy Laflamme, précise que le coût de cette opération est estimé à 20 000$, somme qui est prévue au présent budget. À ce sujet, il rappelle que la Caisse Desjardins du Carrefour des lacs est un important commanditaire dans la réalisation globale du Parc de la Gare.

Il est étonnant de constater que les citoyens des zones urbaine et rurale de Disraeli n’avaient plus de plage publique depuis la fin des années 1950 malgré le fait que le territoire baigne dans les eaux du lac Aylmer alimenté par la rivière Saint-François….

Le maire de la ville, M. Jacques Lessard, a toutes les raisons de se réjouir de ce développement. «Après de nombreuses années au cours desquelles le dossier n’a jamais cessé de progresser, on peut dire enfin que l’on voit la lumière au bout du tunnel! ».