aglsfssAu printemps 2015, le Parc national de Frontenac, l’Association des pêcheurs du Grand lac Saint-François (GLSF), l’Association des riverains du secteur Adstock ainsi que l’Association du GLSF – secteur Sud se sont regroupés pour financer une étude sur les frayères à dorés des rivières Felton (Secteur Sud du GLSF) et Rats Musqués (à Adstock). L’objectif était de connaître l’état des frayères et s’il y a lieu de faire des propositions de restauration.

À noter que, sur la base d’une étude sur 12 tributaires faite en 2014 sur «L’État des frayères à dorés jaunes du GLSF», il avait été observé, lors de la période de fraie sur la rivière aux Rats Musqués, la présence de dorés et furent collectés des œufs. Cependant la frayère de la rivière Felton était désertée par les dorés et aucun œuf de doré n’a été capturé.

Les conclusions de l’étude de 2015 nous confirment cependant que l’état physique de ces 2 frayères est bon. Voici un extrait : «Au final, au regard des résultats de la présente étude et des données fournies par l’équipe du parc Frontenac, il apparait que les frayères en question (1) présentent des caractéristiques propices de la fraie du doré, (2) n’ont pas subi de modifications significatives au cours des dernières années, (3) n’ont pas été perturbées notablement par des modifications au niveau de leur bassin versant».

 Ainsi, comme plusieurs études et observations le démontrent, le doré a de la difficulté à se rétablir de la longue période passée de surpêche, de la détérioration de certaines rivières (la frayère de la rivière aux Bluets), de la compétition des jeunes dorés avec l’éperlan pour se nourrir du phytoplancton, des années où le niveau bas du lac ne permettait pas la fraie, etc. Nous espérons qu’avec tous les efforts mis de l’avant par les partenaires du «Regroupement pour la protection du GLSF» nous arriverons à rétablir dans le futur une population de doré respectable.

Source : Pierre Ouellet