Le Regroupement pour la protection du Grand lac Saint-François s’inquiète depuis plusieurs années de la diminution de la population de doré au Grand lac Saint-François.  Les dorés fraient au printemps et retournent frayer là où ils sont nés.  Les œufs et les fretins demeurent sur la fraie environ 4 semaines jusqu’au début du mois de juin.  Nos observations nous indiquent que la frayère à doré de la rivière Felton, qui était la plus importante du lac jusqu’aux années 80, a été complètement abandonnée.  Nous savons aussi que la période d’incubation (mai-juin) est  une période particulièrement critique pour l’espèce et nous avons noté que c’est aussi la période où les municipalités de Saint-Romain, Stornoway et Nantes situées en amont de la frayère vident leurs étangs de traitement des eaux usées.  Ces systèmes de traitement ont été mis en place au début des années 90.

Devant ces faits, le Regroupement a mandaté la firme Norda Stelo afin de faire une étude pour vérifier pendant la période critique la toxicité de l’effluent des étangs de traitement des eaux usées de Saint-Romain.  La municipalité a accepté de collaborer à la réalisation de l’étude.  L’étude n’a trouvé aucune toxicité à l’effluent final de traitement et la qualité des sédiments à la hauteur de la frayère est excellente.  C’est une très bonne nouvelle.

 Jusqu’en 2016, la municipalité a toujours utilisé l’alun comme réactif.  Elle a changé de réactif suite à la demande du Regroupement puisque l’aluminium contenu dans l’alun est plus toxique que le fer.  Le réactif utilisé en 2017 pour traiter les eaux usées était donc le sulfate ferrique.

Notre étude nous a permis de noter que l’opérateur du système de traitement des eaux usées a utilisé dans le passé des quantités variables de réactifs.  Certaines années, il en a utilisé 4 fois plus de réactifs que pour d’autres années, tout en respectant les critères demandés par l’Environnement. Il faut savoir que le ministère de l’Environnement ne demande pas aux municipalités telles que Saint-Romain de mesurer l’aluminium et de vérifier la toxicité de leur effluent.

Les recommandations de l’étude Norda Stelo sont :
»Que les  municipalités de Saint-Romain, Stornoway et Nantes  mesurent  le fer dans leur effluent en même temps qu’elles contrôlent les autres paramètres exigés par l’Environnement. »  Cette mesure peu coûteuse va éviter d’utiliser des quantités excessives de réactif qu’elles doivent payer et de rejeter dans la rivière des réactifs qui peuvent être toxiques.

De développer un plan d’ensemencement de doré à la frayère de la rivière Felton afin de favoriser le rétablissement rapide de la population en collaboration avec le Parc national de Frontenac et les intervenants du milieu.

Le Regroupement remercie la MRC du Granit, l’Association des pêcheurs du Grand lac Saint-François, l’Association des riverains du Grand lac Saint-François et le député Laurent Lessard pour leur contribution financière ainsi que Saint-Romain et le Parc national de Frontenac pour leur collaboration pour la réalisation de cette étude.

Source: André Vachon, biologiste

Le Cantonnier
Le Cantonnier

Les derniers articles par Le Cantonnier (tout voir)