Alors que le délai pour une entente sur le bois d’œuvre est expiré, la Fédération québécoise des municipalités (FQM), l’Alliance forêt boréale Québec-Ontario et les communautés forestières du Québec joignent à nouveau leur voix à celles du Conseil de l’industrie forestière du Québec et de ses partenaires afin d’exprimer son inquiétude quant à un éventuel retour d’un conflit commercial dans ce secteur.

«Le fédéral doit signifier son intention de mettre sur pied un programme de garantie de prêt afin que les entreprises forestières puissent traverser la crise. De son côté, le gouvernement du Québec doit se préparer à aider les communautés qui, inévitablement, seront affectées par un éventuel retour du conflit sur le bois d’œuvre», a indiqué le président de la FQM, M. Richard Lehoux. « Les régions du Québec craignent de voir de nouvelles barrières tarifaires leur faire perdre des milliers d’emplois », a-t-il ajouté.

Le secteur forestier est le premier secteur manufacturier en importance avec les 60 000 emplois directs qu’il procure. Ce sont près de 150 municipalités membres de la FQM qui comptent une usine forestière sur leur territoire. De plus, 225 municipalités québécoises dépendent directement de cette industrie.

« L’industrie forestière est essentielle à la vitalité économique et sociale de nos régions. Une crise du bois d’œuvre constitue une véritable crise sociale pour plusieurs régions du Québec, dont plusieurs communautés ont souvent comme seul employeur une entreprise forestière », a conclu M. Lehoux.

Source : Fédération québécoise des municipalités

NDLR : Selon le Conseil de l’industrie forestière du Québec, nos régions comptaient, en 2014, environ 10 000 emplois dans l’industrie forestière. En fait, cette industrie regroupe les catégories des produits du bois de 1e, 2e et 3e transformation, les pâtes et papiers et les emplois en forêt. En Chaudière-Appalaches il n’y a pas de pâtes et papiers et les deux autres secteurs génèrent près de 6 000 emplois. En Estrie, les trois secteurs d’activités regroupent un peu plus de 4000 emplois.