2013-10-24-51-revitalisation_disraeliDans l’ordre habituel : Le nouveau président de la table centrale de gestion M. Marc-André Roy; la coordonnatrice du projet Mme France Cantin; la chargée de projet Mme Émilie Roberge; la dir-gén et sec-très de la ville Mme Francyne Gagné; et le nouveau maire de la ville de Disraeli M. Jacques Lessard.

Une vingtaine de citoyens ont participé, dans la soirée du 16 octobre au Cabaret des arts, à une réunion convoquée par la Fondation Rues principales dans le but de présenter un bilan de l’opération de revitalisation déjà âgée de trois ans.

La présentation documentée, réalisée successivement par la coordonnatrice de l’organisme Mme France Cantin, ainsi que par la chargée locale de projet Mme Émilie Roberge, élimine tout doute quant à la pertinence de l’implantation de cette stratégie de relance de la ville qui se trouvait dans une longue léthargie que la fermeture de Shermag avait notamment accentuée.

Bien que l’on ne puisse lui imputer totalement la paternité de tous les changements ou progrès observables dans la vie des résidents, il faut toutefois reconnaître que les efforts déployés par Fondation Rues principales et la soixantaine de bénévoles animés par la chargée de projet ont renversé la vapeur et imprimé une relance.

Énumération
Au départ, après s’être doté d’un organigramme (3 tables sectorielles et un comité de gestion central), Fondation Rues principales a pris certains moyens (sondages, consultations) pour poser un diagnostic qui a servi à l’écriture d’un plan d’action, plusieurs gestes et leurs résultats ont suivi tels: réseau Wi-Fi, habillement de 3 vitrines au centre-ville, expositions thématiques, concours de décorations de Noël, programme d’aide à la rénovation des façades et d’enseignes commerciales, soutien à la rénovation, inauguration du Parc de la Gare, soirée d’information sur les murales, nouveau logo de la ville, comité d’embellissement, prochain parc au centre-ville, Journées de la Culture, campagne promotionnelle dans les médias, fête de Noël au centre-ville, embauche d’un agent de développement culturel, recension des commerces et entreprises de services, ouvertures imminentes de deux entreprises (Bermex et PhaseOptic), etc…

Maintenant que la phase de mise en œuvre (0 à 3 ans) est complétée, l’offensive se trouve dans la phase de croissance (4 à 9 ans) qui doit se distinguer par des projets structurants et des résultats économiques.

Financement
L’assistance a eu droit au dépôt par la secrétaire-trésorière sortante de la municipalité, Mme Francyne Gagné, d’un bilan financier relatif à toute l’opération de revitalis-action. En résumé, les diverses dépenses en salaires, achats, rénovations et aménagements, totaliseront, sur une période de 5 ans, une somme estimée à 750 000$. Par ailleurs, un grand total de subventions au montant de 405 000$ réduira d’autant les déboursés de la corporation municipale qui devraient totaliser environ 350 000$ remboursables sur cinq ans en raison de 70 000$/année.

Commentaires
Selon la chargée de projet «Plusieurs personnes de l’extérieur s’informent sur l’état du marché local afin de voir les possibilités d’investissement. Les gens de l’extérieur voient le changement à Disraeli et plusieurs auraient le goût de s’y installer».

Aux yeux du nouveau président de la table centrale (CRAD) M. Marc-André Roy, »Il faut être visionnaire et constant afin que l’opinion positive augmente. Restaurer la confiance est un travail de longue haleine. «Les gens veulent que ça marche, mais ça ne prend pas grand-chose pour qu’ils n’y croient pas», dira un participant.

Enfin, l’implication de chaque citoyen est essentielle à la revitalisation. Il faut convaincre les locaux d’investir.