Au printemps de cette année 2016, j’ai aperçu les panneaux que la municipalité de Lambton a fait installer, racontant les tragédies survenues dans le village, il y a plusieurs années.  Je me suis rappelé d’une tragédie survenue le 11 août 1937.

M. Bruno Couture. Photo par Gérard Declerck
M. Bruno Couture. Photo par Gérard Declerck

M. Donat Théberge possédait un moulin à scie actionné par l’énergie du temps qui était la vapeur. Dans l’avant-midi du 11 août 1937, une défectuosité dans la bouilloire l’a fait exploser et par le fait même, détruit le moulin tuant au passage le fils de M. Théberge et blessant à mort ce dernier.

Dans l’après-midi, mon frère Rolland et moi, nous sommes rendus sur les lieux du drame.  Je vais vous relater ce que j’ai vu et vécu.  J’avais cinq ans et demi à l’époque.  Ainsi nous sommes allés à plusieurs centaines de pieds plus loin pour voir ce qu’il restait du moulin et de la fameuse bouilloire.  Je suis entré dans la maison familiale de M. et Mme Theberge, alors que mon grand-père s’y trouvait déjà.  Ceci, pendant que Madame Théberge et ses huit enfants s’étaient réfugiés chez leurs voisins, alors qu’au premier étage, gisait Jean-Paul, le fils décédé dans la tragédie, en présence de deux hommes que je ne connaissais pas qui avaient préparé le corps sans blessures apparentes.

Au rez-de-chaussée, le père agonisait dans son lit attendant dans des souffrances atroces que la mort fasse son œuvre, accompagné de mon grand-père et d’une dame qui je crois devait être une infirmière.  Nous y sommes restés jusqu’à 16h30-17h00.  Ce fut marquant pour un jeune garçon de mon âge.

Lors des funérailles, ce fut le corbillard du village tiré par deux chevaux noirs qui a transporté le corps du défunt père accompagné de son fils vers l’éternité. Ce dernier, pour lequel la famille avait emprunté le corbillard de la Fabrique de Courcelles. attelé de deux chevaux blancs.  C’est ainsi que cet ensemble les conduisit à leur dernier repos inscrit dans le souvenir de nos anciens et l’histoire de nos villages rappelant entre autres que le moulin à scie était situé à l’endroit où aujourd’hui se trouve la maison de M. et Mme Rock Lachance.

Ces souvenirs tragiques sont ceux de Bruno qui, au fil du temps, devint un narrateur passionné des histoires familiales et locales, vécues par les créateurs du village de Lambton et son environnement. Quant à moi je ne suis que celui qui après avoir écouté le passé, l’a humblement traduit en créations d’avenir.

Ainsi s’il convient aux amateurs de compléter le descriptif, c’est à la page no 657 dans le livre des Souvenirs et Fêtes du 150e, où ils pourront trouver les descriptions du désastre au Moulin ainsi que les photos de toute la famille et les conséquences en découlant…

Source: Bruno, la famille Couture et Gérard Declerck

Gérard Declerck
Latest posts by Gérard Declerck (see all)