Comment se rétablissent les gens qui ont contracté la COVID-19 ? Au Québec, quel est le profil des personnes ayant contracté la maladie et de celles qui ont été hospitalisées ?

Le rétablissement des personnes ayant été touchées par la COVID-19 est un phénomène peu étudié dans le monde, y compris au Québec. Toutefois, certains chercheurs et quelques établissements de santé font quand même des suivis auprès des malades, bien que ce ne soit pas relié à des projets de recherche. C’est notamment le cas au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l’Estrie — Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS).

Alors, pour répondre à ces questions, La Tribune a interrogé le Dr Alex Carignan, microbiologiste et infectiologue au CIUSSS de l’Estrie — CHUS, chercheur au Centre de recherche du CHUS. Ce dernier suit assidûment les publications provenant de partout dans le monde sur ce sujet.

« La majorité des personnes qui font une forme peu sévère de la COVID-19 sont rétablies après deux semaines et n’ont plus de symptômes. Toutefois, les personnes qui font une forme plus sévère de l’infection peuvent garder des symptômes durant trois à six semaines. Les études tendent aussi à démontrer que la perte du goût et de l’odorat peut persister jusqu’à six mois après l’infection, soutient le Dr Alex Carignan. Les séquelles de l’infection, comme l’inflammation, peuvent persister et donc provoquer la toux », ajoute-t-il.

Le rétablissement des personnes ayant été hospitalisées peut toutefois être beaucoup plus long. Et c’est encore plus vrai pour les personnes qui ont eu besoin d’être intubées. « Les symptômes généraux, comme une grande fatigue et les douleurs musculaires, peuvent persister très longtemps chez les personnes ayant été hospitalisées », souligne-t-il.

Et tout cela se complique à mesure que les gens vieillissent ou quand ils vivent avec des maladies chroniques.

Source : La Tribune, 17 octobre 2020