C’est en présence des membres de sa famille et d’élus du conseil que la municipalité de Saint-Joseph-de-Coleraine a rendu hommage à une de ses concitoyennes, Mme Françoise Rancourt, le jour même de son centième anniversaire, dans la salle de l’hôtel de ville.

Au centre la jubilaire entourée des membres présents de sa famille ainsi que du maire assis à sa droite. Photo par Martin Cadorette

À l’intérieur d’un protocole simple et convivial, le maire M. Gilles Gosselin a invité la jubilaire à signer le livre d’Or. Évidemment, le groupe s’est montré curieux de l’histoire de Mme Rancourt née le 4 octobre 1917 à Saint-Méthode. C’est en 1923 qu’elle débarque à Vimy (arrondissement de Coleraine) où se déroulera sa vie. Elle unira sa destinée à Maurice Roy en 1940; de cette union naîtront  9 enfants dont sept filles. Aujourd’hui, la famille élargie compte 13 petits-enfants, 23 arrière-petits-enfants et 1 arrière-arrière-petit-enfant. La communauté de Vimy se rappelle le magasin général et le bureau de poste que le couple a su opérer sur une trentaine d’années.

Le décès de son mari en 1966 n’éteindra pas la vitalité et la sérénité qui l’habitent encore. «Le travail ne fait pas mourir», assure-t-elle d’un ton alerte. «J’ai eu une belle vie, un bon mari et des bons enfants». Selon ses proches, Mme Rancourt est une inspiration dans l’histoire de Vimy qui célèbre incidemment ses 100 ans d’histoire. Dans sa courte allocution, le maire a vanté sa jovialité et sa perspicacité.

Enfin, en 2011, Mme Rancourt déménagera dans un centre d’hébergement de Black-Lake.

«J’ai toujours aimé le scotch», confiera-t-elle avec humour. Sa petite rasade dans l’après-midi serait-elle le secret de sa longévité ? Toujours est-il que la municipalité lui a souhaité plusieurs années de bonheur et remis un petit 10 onces de scotch…