La Journée mondiale des enseignantes et enseignants, le 5 octobre, vise à reconnaître et à valoriser le rôle déterminant joué par les enseignantes et les enseignants à travers le monde entier.

Sur le thème des jeunes enseignantes et enseignants, cette journée mondiale mettait en lumière, cette année, la pénurie de main-d’œuvre. On y soulignait l’importance de valoriser la profession pour que des jeunes choisissent l’enseignement comme carrière et pour que ces jeunes puissent poursuivre cette carrière.

Pour y parvenir, la présidente de la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN), Caroline Quesnel, affirme qu’« un environnement axé sur la collégialité, la reconnaissance et le respect du personnel enseignant est un avantage indéniable ».

La polyvalente de Disraeli
Et c’est ce que j’ai pu constater lors de mes récentes visites à la polyvalente de Disraeli. Une belle jeunesse professorale soutenue et stimulée par des enseignants passionnés d’expérience.

Alors, je profite de l’occasion pour souligner le professionnalisme du personnel enseignant de la polyvalente de Disraeli. Une telle dynamique pédagogique donne le goût de l’enseignement, et, à ceux et à celles qui y enseignent, celui de rester.

J’ai toujours cru dans l’adage africain qui dit que « ça prend tout un village pour éduquer un enfant ». C’est ce que confirme la polyvalente de Disraeli avec son slogan « Un petit milieu, une grande famille ! ».