Print

La grippe espagnole à Beaulac et à Garthby en 1918

La grippe espagnole arriva dans notre province en juin et juillet 1918 avec le retour des soldats. Deux navires l’Araguayan et le Somali accostaient dans le port de Québec, le troisième le Nagoya amarrait dans le port de Montréal, tous les trois avaient des cas de grippe à leur bord.Les autorités militaires décidèrent de taire cette information et de plus renvoyèrent dan leurs foyers les soldats paraissant en bonne santé.

À Beaulac et à Garthby l’épidémie a fait ses premières victimes au début d’octobre. La tradition orale rapporte qu’elle serait survenue suite au retour à la maison d’un jeune homme soit Hector Comdon qui travaillait à Sherbrooke .Sentant venir les premiers symptomes, il aurait quitté son travail et aurait pris le train pour trouver refuge dans sa famille à Garthby, il est décédé le 1er octobre 1918.

Dans les jours qui suivirent, l`épidémie se déclara déclanchant la panique, Les gens évitaient toute réunion publique, l`église n`était ouverte que pour les funérailles auxquelles peu de gens assistaient et presque tous les commerces (hôtel, magasin général, boutique de forge, moulin à scie, etc) restaient fermés, ne servant que quelques clients pour les services essentiels surtout après la mort de Madame Alexandrine Fournier, épouse d’un commis de magasin.

Seules quelques personnes se rendaient auprès des malades, le curé évidemment pour administrer les derniers sacrements et le médecin le docteur Dupont. Celui-ci avait son logement au-dessus de chez Monsieur Clovis Tessier. La nuit on l’appelait en allant frapper à sa porte. Monsieur Tessier attelait et l’accompagnait auprès des malades, ni l’un ni l’autre n’ont été atteints.

Dix personnes décédèrent durant cette épidémie, tous des jeunes gens âgés entre 17 et 27 ans.

Source: André Jacques dans le journal Le Bercail en mai 1996

 

Avatar
Latest posts by Claude Jacques (see all)