À la lumière de la décision prise conjointement par le conseil de gestion de la communauté de Beaulac-Garthby et le conseil de fabrique Saint-André-Bessette en date du 22 mai dernier, il semble que la vocation de l’église Saint-Charles-Borromée de Beaulac-Garthby en tant que lieu de culte soit définitivement arrêtée. La dernière célébration eucharistique s’est déroulée le dimanche 26 mai alors que la fabrique comme entité a été dissoute en date du 1er juin.

Deux votes ont entériné dans les mois précédents la cessation des activités liturgiques et sacramentelles ainsi que la fermeture de l’église comme lieu de culte. Dans les faits, la population locale n’a affiché aucune surprise devant ce dénouement. « Nous n’avons malheureusement pas le choix de fermer, explique le curé de la paroisse, l’abbé Bernard Rouleau. Le conseil s’est vu contraint d’en venir à cette conclusion devant l’insuffisance des moyens financiers à compter du présent mois. On ne peut plus subvenir aux besoins. »

Les tentatives visant à trouver un acheteur ou à dénicher une autre solution afin d’assurer la survie du temple ont à ce jour échoué. La municipalité n’entretient de son côté aucun projet d’utilisation de l’édifice de bois dont la construction fut achevée en 1898.

En raison de la constitution en 2015 de l’ensemble « Fabrique Saint-André-Bessette » regroupant les unités paroissiales Disraeli, Stratford, Saint-Julien, Notre-Dame-de-Lourdes, Ham-Nord, Saint-Fortunat et Beaulac-Garthby, c’est le conseil de fabrique Saint-André-Bessette qui se chargera du dossier de fermeture et de la disposition de tous les biens sacrés ayant servi au culte (vases, ornements, chemin de croix, statues, crucifix, etc.). Fait intéressant et non anodin, on retrouve dans l’église Saint-Charles-Borromée un orgue Casavant, dont la réputation suscitera vraisemblablement de l’intérêt. Quant au cimetière, aucun changement n’est requis !

Les fidèles de la défunte paroisse sont invités à fréquenter l’église voisine qu’est Sainte-Luce de Disraeli.