Lors de l’assemblée générale de l’ARLA qui s’est tenue à Stratford le samedi 10 août dernier, les membres ont voté à l’unanimité que l’Association modifie son appellation afin d’y inclure désormais les résidents du bassin versant du lac Aylmer.

Comme le mentionnait M. Robert Mitchell, président de l’ARLA : « Les résidents du bassin versant bénéficient du lac. Ils ont à cœur son environnement et savent qu’ils peuvent agir positivement afin de maintenir voire d’améliorer la qualité de ses eaux. Ils ont voix au chapitre. »

Il a été souligné lors de cette assemblée que ce n’est pas uniquement aux riverains qu’incombe la responsabilité de la qualité de l’eau du lac Aylmer. Les municipalités, les industries agricoles et forestières ainsi que les résidents du bassin versant ont aussi un impact important sur celle-ci. Soulignons que son bassin versant mesure plus de 1700 km2, dont environ 500 km2 sont particulièrement ciblés.

Divers changements au statut de l’organisation ont également été acceptés, notamment la mission de l’ARLA qui se consacrera désormais uniquement à la qualité de l’eau du lac Aylmer.

M. Robert Mitchell a tenu à souligner l’excellente collaboration et l’implication des cinq municipalités entourant le lac Aylmer dans leur effort de caractérisation de ses berges. L’échelle de caractérisation est largement inspirée de celle de la municipalité de Stratford mise en place depuis quelques années.

Pour l’an prochain, dans un souci de protection du lac contre l’invasion de plantes exotiques envahissantes, l’ARLA vise à promouvoir une procédure obligatoire d’inspection et de lavage des embarcations lors de leur mise à l’eau auprès des cinq municipalités. L’Association soutiendra et appuiera celles-ci afin de garantir le succès de sa réalisation. Complexe à cause du nombre élevé de descentes publiques et privées, ce projet demandera une collaboration et une coordination parfaites entre les différents intervenants.

L’ARLA compte plus de 660 membres, un nombre record depuis sa fondation en 1974. Ses membres peuvent bénéficier d’une subvention lors de l’achat de plantes protégeant les bandes riveraines et autres cours d’eau, créant ainsi un impact positif sur la qualité de l’eau du lac Aylmer.

 Source : Alain Daigle