Souvent, à la fin du secondaire cinq, les élèves ont l’impression que le temps passe plus vite qu’auparavant. Certains se rendent directement sur le marché du travail alors que d’autres choisissent de poursuivre leurs études en faisant un DEC ou bien un DEP. Quoi qu’il en soit, en tant que collégienne, je peux vous garantir que le temps passe beaucoup plus vite avec cette nouvelle routine à laquelle on doit s’habituer. En effet, à peine un mois et demi de vacances s’écoule avant de devoir renouer avec amis, devoirs et examens. Toutefois, ces changements arrivent si vite qu’il est difficile d’en évaluer la portée. Le stress fait son apparition et ce n’est qu’après les premiers mois passés que l’on se rend compte que, tout compte fait, ce n’était pas si pire que cela!

D’abord, le logis, la nourriture et le transport finissent par devenir une véritable source d’inquiétude sur le plan financier. C’est pourquoi le gouvernement a instauré l’Aide financière aux études (www.afe.gouv.qc.ca). Cette dernière donne accès à divers prêts et bourses pour les étudiants. Les prêts sont également exemptés d’intérêts jusqu’à la fin des études.

Ensuite, les cours sont-ils aussi durs que les professeurs du secondaire nous le répètent? Et pour les notes de cours? Faut-il vraiment tout écrire en abréviations et à une vitesse surnaturelle? Non. Beaucoup de professeurs ont de l’empathie envers leurs étudiants et plusieurs vont même jusqu’à leur fournir les notes de cours dans un cahier. Ce n’est pas parce qu’on arrive au Cégep que les professeurs se transformeront en monstres avides de nous manger tout crus… Quant aux cours, ils ne sont pas difficiles tant que l’on reste discipliné!

Et finalement, comment s’intégrer? Mes meilleurs conseils aux nouveaux étudiants seraient de se familiariser d’avance avec les lieux et de s’informer sur le fonctionnement de leur cégep, voire même de s’inscrire dans des associations si le cœur leur en dit. Le plus important est néanmoins ceci : rester soi-même! Les amis viendront naturellement si l’on ne cherche pas dès la première journée à coller aux basques du premier groupe venu.

Bon courage aux nouveaux collégiens!

Source: Miranda Bernier