Louise_Stephane_2512
Louise et Stéphane devant le Mont Ham

Vous vous souviendrez sans doute que l’hiver dernier a été le théâtre d’un événement particulier, soit la réalisation par deux promoteurs de l’Estrie d’un voyage à pied qui les a menés jusqu’au Bas St-Laurent en passant par la MRC des Appalaches dans le but d’implanter un parcours de marche longue durée. Cette phase exploratoire a été efficace dans le sens où un premier bon débroussaillage a été effectué. Il faut maintenant parfaire le projet en validant certains éléments et s’assurer de garnir le parcours de services pour être en mesure d’accueillir de nombreux marcheurs. Or, la meilleure façon de faire avancer leur projet, c’est de marcher avec lui, un pas devant l’autre. C’est ce qu’ont fait Louise Bourgeois et Stéphane Pinel. Depuis le 2 septembre, ils ont repris la route, pendant 55 jours, à pied et sac au dos, pour la suite du développement du Chemin de St-Rémi, un Compostelle québécois comprenant près de 800 km et traversant 56 villages du Haut-Pays.

StRémi_égliseStFortunat
Des citoyens des deux villages ainsi que les promoteurs Louise et Stéphane au départ pour le village de St-Julien.

Cette deuxième marche en moins d’un an par le couple estrien constitue la phase d’implantation de ce projet touristique d’envergure. Les promoteurs effectuent une visite dans chaque village touché par le parcours, dont huit de notre région, traversant ainsi entre autres, les villages de St-Fortunat, St-Jacques et St-Julien, et y rencontrant les citoyens. L’implication de la population dans l’implantation du chemin est primordiale vu l’importance de ce produit touristique dans la mise en valeur de leur village. Les rencontres citoyennes sont une belle occasion de venir découvrir les développements du projet à ce point-ci ainsi que de participer à la mise en place du Chemin. En effet, les villages du parcours sont éloignés les uns des autres de 10 ou 15 kilomètres – ce qui représente une journée de marche – et chaque communauté doit être en mesure d’accueillir les futurs marcheurs : point d’accueil, liste de ressources autorisées pour l’hébergement et la nourriture, endroit où trouver de l’aide si nécessaire, etc.

L’équipe travaille donc fort à rendre le chemin praticable prochainement. Car en effet, on prévoit l’ouverture de certains tronçons à l’été 2015.

Dyane Raymond
Latest posts by Dyane Raymond (see all)