Les femmes occupent moins d’un tiers des sièges au Parlement et aux assemblées législatives provinciales et territoriales. Leur représentation en politique municipale est encore plus faible, la proportion de conseillères s’établissant à seulement 28 % et le pourcentage des municipalités dirigées par une mairesse, à 18 %. Le gouvernement du Canada reconnaît qu’il faut augmenter le nombre de femmes dans des postes de pouvoir parce qu’une plus grande participation des femmes à la vie politique et citoyenne mène à des décisions qui reflètent mieux la diversité des besoins et vécus de la population canadienne.

L’honorable Maryam Monsef, ministre de la Condition féminine, a annoncé un financement de 547 300 $ destiné à un projet de la Fédération canadienne des municipalités qui a pour but d’encourager plus de femmes à s’investir dans la vie publique, ce qui devrait aider à créer la parité entre les femmes et les hommes au sein des conseils municipaux du pays.

Des études de la Fédération montrent que les femmes sont confrontées à de nombreux obstacles lorsqu’elles briguent, obtiennent et tentent de conserver un siège au sein d’une administration municipale. Ces obstacles incluent entre autres le manque de soutien pour les familles, la peur d’éventuelles attaques sexistes, la difficulté d’obtenir des dons privés et les perceptions du public quant aux choix de carrière des femmes.

Tout au long de ce projet de 36 mois intitulé « Vers la parité en politique municipale », la Fédération collaborera avec des partenaires, notamment des associations provinciales et territoriales de municipalités. L’objectif est de faire passer le pourcentage d’élues municipales à plus de 30 %.

Source : Condition féminine Canada