Hélène Fontaine commence sa retraite de belle façon, en se faisant plaisir. Le 27 juin, elle déménage chez son fils cadet, avenue Royale, dans le coquet village de Saint-Charles de Bellechasse où elle pourra, à volonté, pêcher la truite et jouer de son superbe accordéon Mélodie.

Hélène, c’est « l’Hélène du Cantonnier ». Plus de dix ans à réaliser de multiples tâches au bureau du journal, à temps partiel (ce qui lui permettait aussi de travailler dans une garderie en milieu familial et de s’occuper de triplets, ses « amours », comme elle dit). L’immense calendrier annuel aux fausses pierres précieuses de différentes couleurs marquant les dates de tombées et de parutions du journal, son idée. Le classement, le suivi de l’effectif, le texte du Cantonnier qui annonce le gagnant ou la gagnante du mois, la distribution du journal avec les bénévoles, c’est elle encore.

Hélène Fontaine lors d’une petite fête organisée par Le Cantonnier. Photo par Dominique Langevin

Le vendredi 15 juin aura marqué sa dernière participation aux corrections des textes imprimés. Sa spécialité : les vignettes de photos. Une erreur sur la personne, un nom ou un prénom mal orthographié, n’échappait pas à son acuité visuelle. Elle aura trouvé deux de ces coquilles dans le numéro de juin.

Quand Hélène a quitté Disraeli, il y avait un arc-en-ciel dans son cœur…