logo-cinemaLe Cinéma du lac a reçu un grand réalisateur de notre cinéma québécois le 27 novembre dernier : nul autre qu’André Forcier. Auteur de nombreux longs métrages, dont certains sont devenus des œuvres clés de notre culture cinématographique québécoise,  il était à Disraeli pour nous présenter son film Embrasse-moi comme tu m’aimes.  Cette œuvre riche et bouleversante est d’un surréalisme comique qui transgresse les conventions et les tabous.  L’histoire se déroule au début des années quarante, dans un Québec où la conscription enrôle plusieurs jeunes québécois qui se battront pour la couronne britannique. Les rires fusent dès le début du film  lorsqu’on aperçoit Julien Poulin (Elvis Gratton) dans le rôle d’un instructeur déjanté de l’armée canadienne. Mais l’histoire du film tourne surtout autour des jumeaux Pierre et Berthe, qui entretiennent une relation tordue, à la limite de l’inceste, apportant son lot de malaises et de stupéfactions. Une panoplie d’intrigues plus colorées les unes que les autres viennent se greffer autour du récit qui traite de l’idylle interdite qui habite les jumeaux. L’impressionnante brochette de comédiens de grand talent occupant des rôles secondaires s’ajoute grandement à la qualité de l’œuvre cinématographique.  Toujours un peu troublants et singuliers, la plupart des  films d’André Forcier sont de véritables petits bijoux.  Grâce au Cinéma du lac, le public a eu la chance immense de rencontrer ce réalisateur et d’échanger avec lui sur de multiples facettes qui touchent à ses films et à son métier.

André Forcier et sa conjointe entouré d’amis de la région et de bénévoles du Cinéma du Lac
André Forcier et sa conjointe entourés d’amis de la région et de bénévoles du Cinéma du
lac

Pour ceux qui étaient absents à cette projection sur grand écran, il sera tout de même possible de louer le long-métrage au Vidéorama de Disraeli.  Attention aux âmes sensibles, cette œuvre est loin d’être une petite romance conventionnelle.  Par contre, les amateurs des films de Wes Anderson, de Fellini et de Jean-Claude Lauzon y trouveront un imaginaire débridé qui leur plairont assurément !