Ce texte complète une première partie diffusée dans notre édition d’avril concernant le sanctuaire de Saint-Gérard

Mais qui est donc saint Gérard pour que tant de gens l’invoquent? Né en 1726 à Muro, en Italie, il fut épris de Jésus-Christ dès son enfance et en fit son modèle, recherchant à l’imiter pendant toute sa vie. Une fois adulte, il devient tailleur, tout comme son défunt père, mais son vœu le plus cher est de servir Dieu. Après quelques tentatives infructueuses, il se joint aux Frères Rédemptoristes où il prononce ses vœux en 1752. Humble de cœur, Gérard est soucieux des pauvres et s’avère un excellent évangélisateur. Il est reconnu comme un grand thaumaturge et comme le protecteur des mères et des enfants malades. On le surnomme « l’Ange des berceaux » ou encore le « Saint des Heureux enfantements ». Il est décédé le 16 octobre 1755, mais il vit encore dans le cœur de ceux et celles qui ont été l’objet de ses faveurs.

Pèlerinage
Le programme des activités du pèlerinage n’a pas beaucoup changé depuis son origine. Il se déroule sur trois jours avec comme point culminant la fête de saint Gérard, le 16 octobre. Une neuvaine a lieu avant cette date pour tous ceux qui désirent invoquer davantage le Saint. Chaque triduum est guidé par une prédication qui s’appuie sur un thème nouveau à chaque année et qui met en relief des aspects de la vie de saint Gérard. À la fin de chacune des célébrations, les fidèles sont invités à embrasser l’une des deux reliques du Saint que le sanctuaire possède, en signe de vénération.

Le samedi p.m. précédant la Fête, une messe avec l’Onction des malades a lieu et une première remise de petits pains bénits aux pèlerins est faite à la fin de la célébration. Le dimanche matin, deux grandes messes sont chantées pour célébrer la fête de saint-Gérard. Les pèlerins peuvent vénérer l’une des reliques du Saint et recevoir des pains bénits à la fin de chaque célébration.

Au fil des ans, plusieurs rénovations ont été faites à l’intérieur et à l’extérieur du sanctuaire et ce serait trop long de toutes vous les énumérer ici. Les plus récentes (janvier 2010 – 2013) ont été effectuées au chœur et à la nef de l’église par des bénévoles, soucieux d’en faire un lieu encore plus invitant au recueillement et à la prière. Nous les en remercions.

Le 31 décembre 2012, la paroisse Saint-Gérard a été dissoute simultanément avec celle de Saint-Raymond-de-Pennafort et le nom de la paroisse Saint-Janvier a été changé pour celui de la paroisse Bienheureux-Jean-Paul II de Weedon. Les deux paroisses supprimées ont été rattachées à cette dernière et leurs églises continuent de conserver le même nom qu’elles portaient jusqu’à ce jour.

La communauté chrétienne de Saint-Gérard demeure très attachée à son église et son Comité de gestion continue à œuvrer avec son curé afin d’assurer le bien-être et les services à la population. En cette année de la Foi, le Sanctuaire s’avère un lieu de prière recherché où la ferveur rivalise avec la piété. Nous vous invitons à venir vous y recueillir.

Source : Comité de gestion
Communauté de Saint-Gérard