Les conditions météorologiques durant l’hiver sont parfois propices à une détérioration de la qualité de l’air favorisant la formation de smog. Le smog se caractérise par l’apparition dans l’air d’une brume jaunâtre principalement constituée de particules fines, potentiellement toxiques et polluantes. Les avertissements de smog sont généralement diffusés dans les bulletins météorologiques.

Les effets sur la santé
La majorité des personnes ne ressentent pas d’effets significatifs sur leur santé. Cependant, les personnes atteintes de problèmes respiratoires ou cardiaques, les personnes âgées et les jeunes enfants peuvent être affectés par la présence de smog, tout comme les personnes effectuant des activités physiques intenses à l’extérieur. Les effets du smog sur la santé peuvent se manifester par une irritation des yeux, du nez et de la gorge, de la toux, une respiration plus difficile et de l’essoufflement.

Quoi faire?
Les personnes plus susceptibles de ressentir les effets causés par le smog, et celles prévoyant s’adonner à des activités physiques intenses à l’extérieur, sont invitées à restreindre la durée et l’intensité de leurs activités à l’extérieur durant les épisodes de smog.

  • Pour les mois à venir, informez-vous de la qualité de l’air et surveillez les avertissements de smog qui sont diffusés dans les médias et sur le site Web d’Environnement Canada : ec.gc.ca/info-smog
  • Consultez le site du ministère du Développement durable, Environnement et Lutte contre les changements climatiques pour connaître l’indice de la qualité de l’air au Québec : mddelcc.gouv.qc.ca/air/iqa
  • Référez-vous au service Info-Santé (8-1-1), si vous avez des questions portant sur la qualité de l’air ou sur ses effets sur la santé

Il est possible de retourner à des activités extérieures de durée et d’intensité normales dès que la fin de l’épisode de smog est annoncée.

Contribuer à réduire les niveaux de smog
Le chauffage au bois constitue un élément important de pollution. Un poêle à bois émet autant de particules fines dans l’atmosphère en 9 heures d’utilisation, qu’une voiture durant une année complète. S’il ne représente pas leur unique moyen de chauffage en saison froide, nous invitons les citoyens des villes et municipalités à éviter d’utiliser leur poêle ou foyer au bois pendant les périodes de mauvaise qualité d’air. Ne pas laisser inutilement tourner le moteur de son véhicule ou encore, utiliser le transport en commun et le covoiturage sont aussi des gestes qui contribuent à améliorer la qualité de l’air, et ce, en tout temps.

 

Source : Agence de la santé et des services sociaux de Chaudière-Appalaches